Site du Père Abbé
Armand Veilleux

30 janvier, Abbaye de Soleilmont - messe anniversaire pour les défunts
Job 19,1.23-27a; Jean 6, 37-40.

H O M É L I E

Lorsque nous pensons à nos parents, amis et bienfaiteurs défunts, il n'y a sans doute pas de paroles plus encourageantes que ces mots de Jésus: "Tout ce que me donne le Père viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors".

Cette notion du "dedans" et du "dehors" est fascinante dans l'Évangile de Jean. Le Fils habite dans le Père comme le Père habite dans le Fils. Et pourtant le Fils est sorti du Père et il est venu dans le monde. Le monde ne l'a pas reçu. Mais à tous ceux qui ont accueilli sa Parole, qui se sont laissés habiter par sa Parole, il a promis que Lui et son Père viendraient et feraient en eux leur demeure. ("Celui qui observe ma Parole, mon Père l'aimera... et nous viendrons en lui...etc.").

C'est d'ailleurs là tout le sens de notre stabilité monastique, si importante dans la RB. Au postulant (à la postulante) on lit trois fois la Règle, et chaque fois il doit promettre sa stabilité. Il promet de s'enraciner dans un lieu, d'habiter dans un lieu -- un lieu où il écoutera la Parole, où il habitera dans la Parole de Dieu, afin que la Parole habite en lui-en elle.

Ce qui fonde notre confiance que tous nos parents, amis, bienfaiteurs, pour qui nous prions, sont auprès de lui, c'est qu'il a fait d'eux et d'elles, de mille et une façon, le lieu de sa présence. Et alors eux aussi -- peut-être sans même en être conscients, dans certains cas -- ont habité en lui.

Car, comme nous, ils sont au Christ; et, comme nous le dit Jésus: Il est venu faire la volonté de son Père, et la volonté de son Père est qu'il ne perde rien de tout ce qu'il lui a donné, mais qu'il le ressuscite au dernier jour.