Mardi le 31 juillet 2001 -- Mardi de la 17ème semaine "1"

Exode 33, 7-11. 34, 5-9. 28; Matt 13, 35-43

Abbaye de La Clarté-Dieu, Murhesa, Congo

 

H O M É L I E

 

            Durant quarante ans les fils d'Israël vécurent sous la tente suivant les mouvements de la nuée, pliant leurs t entes et se mettant en route lorsque la nuée se déplaçait et plantant leur tente lorsque la nuée s'arrêtait.  À chaque étape, en plus des tentes de chaque famille, Moïse plantait, en dehors du camp une tente spéciale, appelée "Tente du Rendez-vous".  Cette tente servait à quiconque voulait consulter Yahvé.  Elle servait surtout à Moïse qui venait y rencontrer Dieu au nom de tout le peuple.  Et le Livre de l'Exode a cette belle expression:  "Yahvé parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à son ami." 

 

            Moïse est, de ce fait, le modèle de tous les contemplatifs et contemplatives.  N'est-ce pas notre aspiration la plus profonde, que de pouvoir converser avec le Seigneur face à face comme le font deux amis?  Aussi, tirons de ce récit quelques leçons pour notre propre vie contemplative.  D'abord, il convient, pour parler à Dieu face à face, de sortir du camp,  de laisser pour un instant nos occupations et nos préoccupations habituelles.  Il faut nous rendre dans la "Tente du Rendez-vous" qui peut être soit un lieu physique déterminé, comme l'église du monastère, par exemple, soit le secret de notre cœur, où Dieu veut aussi nous rencontrer.  

 

            Remarquons bien l'expression utilisée par le Livre de l'Exode.  Il n'y est pas dit que "Moïse parlait à Dieu face à face...", mais bin que "Dieu parlait à Moïse face à face..."  Lorsque nous entrons dans la "Tente du Rendez-vous" nous sommes facilement préoccupés par ce que nous voulons dire à Dieu, alors qu'il est beaucoup plus important d'écouter ce que Dieu a à nous dire.

 

            De plus, personne n'entre dans cette Tente du Rendez-vous pour lui-même seulement, mais bien pour tout le peuple.  C'est pourquoi chaque fois que Moïse entrait dans la Tente,  le peuple se prosternait chacun à l'entrée de sa propre tente, s'unissant au mystère de la Rencontre qui se déroulait dans la Tente. 

 

            Certaines personnes dans l'Église et dans le Monde ont comme mission personnelle de servir activement de médiateurs et d'intercesseurs entre Dieu et le Peuple.  Quant à nous, moniales et moines, notre vocation est plutôt semblable à celle du serviteur de Moïse, Josué, fils de Nun, qui ne quittait jamais l'intérieur de la Tente.  Remercions le Seigneur de cette vocation;  mais, en même temps, laissons-nous interpeller par l'enseignement de la Parabole du Semeur expliquée par Jésus à ses disciples dans l'Évangile de ce matin:  Le monde est un champ où le Fils de l'homme sème du bon grain mais où l'Ennemi cherche aussi à semer de l'ivraie.  Et ce monde n'est pas seulement l'univers des hommes et des femmes:  ce monde se trouve en chacun de nos cœurs.  Et c'est pourquoi notre vocation de contemplatifs exige que nous soyons particulièrement attentifs afin que nos cœurs., devenus dans la nouvelle Alliance, lieu de la Rencontre ou "Tente du Rendez-vous" ne soient jamais ouverts à l'activité du Malin qui voudrait y semer son ivraie.  C'est pourquoi les Pères du monachisme ont toujours attribué une telle importance à la vertu de Vigilance.