Homélie pour le 26 juillet 2001

Jeudi de la 16ème semaine "1" -- Mémoire des ss. Anne et Joachim

Ex 19, 1-2. 9-11. 16-20; Mat 13, 10-17

Monastère de Kibungo, au Rwanda

 

H O M É L I E

 

            Dieu parle de façons étranges.  Surtout il adapte ses modes de communications à ses interlocuteurs, de même qu'aux époques et aux cultures.  À Moïse et au Peuple d'Israël à peine sorti de la captivité d'Égypte, il parle à travers le tonnerre ainsi que le feu et la fumée qui englobent le mont Sinaï.  Quelques siècles plus tard, sur le même mont Sinaï, il parle au prophète Élie non plus à travers ces éléments terrifiants de la nature car : "Dieu n'était pas dans le tonnerre" et "Dieu n'était pas dans le feu", mais bien dans une brise légère.

 

            Dans le Nouveau Testament, après avoir parlé à son Peuple de bien des manières, Dieu parla par et dans son propre Fils.  Et comment celui-ci se manifesta-t-il.  Au peuple en général, il parle en utilisant la technique traditionnelle des paraboles, car la plupart ne savent pas discerner les signes dans lesquels il se manifeste en manifestant l'amour de son Père.  Aux disciples, il ne parle pas simplement en paraboles mais il leur révèle les mystères du Royaume des cieux.  Et comment les leur révèle-t-il.  Écoutons attentivement ce qu'il leur dit: "En vérité je vous le dis, beaucoup de prophètes et de justes ont souhaité voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu!"  -- Ces paroles doivent être lues à la lumière de ce que Jésus avait dit aux disciples de Jean venus lui demander s'il était le Messie.  Il leur avait répondu : "Allez dire à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez (Mat. 11,4).  Et ce qu'ils entendent et voient, c'est que les boiteux marchent, que les sourds entendent et que la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. 

 

            En ces signes les disciples sont capables de percevoir les mystères du salut apporté par le Fils de Dieu, car ils ont le coeur pur.  "Quant à vous, heureux vos yeux parce qu’ils voient; heureuses vos oreilles parce qu’elles entendent.  En vérité je vous le dis, beaucoup de prophètes et de justes ont souhaité voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu!".  En eux s'accomplit la béatitude proclamée par Jésus peu auparavant, sur la montagne:  "Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu".

 

            Demandons à Dieu la grâce de la même pureté du coeur, afin de percevoir nous aussi ce que Dieu nous dit aujourd'hui à travers les circonstances de notre vie et les événements du monde.

 

Armand VEILLEUX