1 janvier 2004

Solennité de Marie, Mère de Dieu / Journée mondiale pour la paix

Nb 6,22-27; Ga 4,4-7; Lc 2,16-21

 

H o m é l i e

 

            Au début de la première lecture de cette célébration de l’Eucharistie, nous avons entendu une très belle formule de bénédiction, que je reprendrai à la fin de la célébration, pour la prononcer sur cette assemblée : « Que le Seigneur te bénisse et te garde !  Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi !  Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! ».  Vieille d’au moins deux mille quatre cents ans, cette formule est toujours aussi belle.  Elle nous est rapportée par le Livre des Nombres, qui la situe au milieu d’une série d’instructions données par Moïse de la part de Dieu, aux prêtres.  Il leur indique ainsi comment bénir le peuple, qui se trouve encore au pied du Sinaï.  Tous les biens que peut désirer l’être humain, et qui peuvent lui parvenir lorsque Dieu se penche vers lui comme un père sur son enfant et fait briller sur lui son visage, -- tous ces biens sont résumés en en seul mot la « paix ».  Ce qui demeurera jusqu’à aujourd’hui pour les Juifs, comme d’ailleurs pour beaucoup d’autres peuples, la façon de se saluer : Shalom, Salam, Paz, etc...

 

            Il était donc tout normal qu’en notre époque, où à la guerre froide a succédé une paix chaude, et donc une fausse paix, l’Église ait voulu faire de ce premier jour de l’année la Journée Mondiale de prière pour la paix.

 

            Saint Paul, dans la seconde lecture nous donne le fondement théologique de toute vraie paix entre les humains, qui est le fait que nous sommes tous enfants de Dieu, et que la seule relation qui convienne entre nous et entre nous et Dieu est la relation d’amour qu’on retrouve entre un père et ses fils.  Dieu nous a tant aimés que non seulement Il nous a envoyé son Fils, mais il a mis l’Esprit de son Fils dans nos coeurs, de sorte que nous puissions l’aimer et nous aimer du même amour dont il aime son Fils et dont il nous aime nous aussi.

 

            Finalement l’Évangile de Luc nous décrit avec une sobriété extrême les débuts de la mission de paix confiée par le Père céleste à son Fils sur notre terre.  La paix ne vient pas de la force et de l’exercice de la puissance, mais de la faiblesse et de ce qui est humble.  Au moment où naît Jésus, à Bethléhem de Juda, aux portes de Jérusalem, ce n’est pas aux autorités religieuses du peuple Juif, ni aux représentants de la puissante Rome à Jérusalem que la nouvelle est d’abord annoncée, mais à d’humbles bergers, qui paissent leur troupeau dans la montagne.

 

            Avec toute la spontanéité des petits et des pauvres, ces bergers se rendent à Bethléhem dès le départ des anges ; et qu’y trouvent-ils ? -- une scène de grande paix et de grande pauvreté.  Ils trouvent d’abord une famille : Marie et Joseph, qui sont mentionnés par leur nom, et l’enfant qui n’a pas encore de nom.  Celui que nous nommons constamment le Dieu « tout puissant » (une expression contre laquelle réagissait vivement le regretté théologien Adolphe Gesché, décédé il y a quelques jours) non seulement se manifeste aux humbles bergers -- qui cherchent leur « Sauveur » -- comme un tout petit enfant sans aucune puissance, dans une mangeoire, mais même sans nom, car ce n’est qu’au huitième jour, au moment de la circoncision, qu’il recevra son nom.

            Marie est mentionnée la première, dans sa dignité de Mère.  C’est pourquoi on fête aujourd’hui la solennité de Marie, Mère de Dieu.  Au cours des siècles les Chrétiens ont attribué beaucoup de titres à Marie, avec des degrés assez différents de sobriété et de profondeur.  Le titre de Mère de Dieu, qu’on lui donne depuis le Concile d’Éphèse, est l’un des plus anciens.  Dans l’Évangile, elle est tout simplement la « Mère de Jésus » et même, dans l’Évangile d’aujourd’hui, la mère du petit enfant encore sans nom, à qui on donnera huit jours plus tard le nom de Jésus.

 

            Marie nous apparaît ici comme le modèle des contemplatifs : celle qui garde et médite dans son coeur tout ce qu’elle entend au sujet de son fils, même sans comprendre.  Ainsi, elle garde vivante et médite dans son coeur la visite des Bergers et ce qu’ils ont rapporté au sujet de Jésus.  Un peu plus tard, lorsqu’elle présentera Jésus au Temple, aussi bien elle que Joseph seront surpris de ce qu’on dira alors de l’enfant (Lc 2, 30-32).  Et lorsqu’elle le retrouvera au Temple, lorsqu’il aura douze ans, elle ne comprendra pas ce qu’il lui dira, mais gardera tout en son coeur (Lc 2, 50-51).

 

            Que Marie, Mère de Jésus, nous obtienne de son fils la grâce de méditer en nos coeurs tout ce que nous ne comprenons pas de Lui, et puisse-t-elle donner à notre monde la grâce d’une paix durable, fondée sur la justice et le respect.

******

Homélie pour la mêm solennité, les années précédentes:

2003 - français
2002 - français / italiano
2001 - français
2000 - français / italiano
1999 - français