10 juillet 2004 – samedi de la 14ème semaine – année paire

Is 6, 1-8 ; Mat 10, 24-33

Monastère de Kibungo, Rwanda

 

Homélie

 

            Dans la dernière des béatitudes (Mt 5,10-12) Jésus avait déclaré bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice.  « Heureux êtes-vous, avait-il dit, lorsque l’on vous insulte, que  l’on vous persécute et que l’on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi. »  Et il ajoutait « C’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. »  Le passage d’Évangile que nous venons de lire commente en quelque sorte et explique cette béatitude

 

            Dans le passage qui précède immédiatement le texte que nous avons lu aujourd’hui (et que nous avons entendu hier), Jésus avait envoyé ses disciples en mission en leur disant qu’il les envoyait comme des agneaux au milieu des loups.  Même s’il leur recommandait d’être candides comme des colombes mais prudents comme des serpents, il leur prédisait qu’ils seraient trahis par leurs proches, persécutés, jetés en prison ; et qu’ils seraient haïs comme lui-même est haï. 

 

            Malgré tout cela, il leur dit : « Ne craignez pas ! » -- une expression qui revient comme un refrain tout au long de ce bref texte.   Ne craignez pas ceux qui peuvent faire périr votre corps, mais ne peuvent pas atteindre votre âme, votre personne.  Ne craignez que Dieu, qui peut envoyer dans la géhenne.  Mais il s’empresse d’ajouter que Dieu est un père qui se préoccupe de tous les détails de notre vie, y compris, ajoute-t-il sans doute avec humour, le nombre de nos cheveux.

 

            Jésus, durant son interrogatoire par Pilate, lui a dit qu’il est venu en ce monde pour rendre témoignage à la Vérité (Jean, 18,37).  Il appelle tous ses disciples à ne jamais transiger avec le message de l’Évangile, à appeler les choses par leur nom, à dire « oui » quand c’est « oui » et « non » quand c’est « non ».  Ceux qui sont fidèles à la vérité, dans quelque domaine que ce soit, le payent très cher, parfois de leur vie.

 

            Lorsque le christianisme s’est répandu, durant les premières générations chrétiennes, l’empire romain, qui dominait encore une grande partie du monde, avait sa propre religion d’état, pour laquelle toute autre religion apparaissait comme une menace.  C’est pourquoi les premiers martyrs chrétiens furent souvent mis à mort simplement parce qu’ils professaient leur foi en Jésus et en son message, et auraient pu sauver leur vie en reniant cette foi.  Et c’est alors qu’on s’est mis à considérer comme « martyrs » ceux qui sont mis à mort « in odio fidei » (en haine de la foi). 

 

            Les nombreux martyrs du 20ème siècle et maintenant ceux du 21ème siècle sont rarement mis à mort explicitement par haine de la foi.  Ceux qui les tuent ne se soucient aucunement de la foi, même pas pour la détester.  Ils meurent à cause de leur fidélité au message évangélique et à sa vérité.  Ils sont tués en général par les puissants de ce monde, qu’ils dérangent parce qu’ils se mettent du côté des petits, des pauvres, des opprimés.  Ils dérangent soit parce qu’ils proclament, ou tout simplement parce qu’ils vivent en vérité, le message évangélique de partage des biens, de respect de la dignité humaine, de pardon des offenses. 

 

            Dans notre prière, aujourd’hui, portons tous ceux et celles qui, de nos jours, sous divers types de régimes totalitaires, ou devant nos orgies de violence qui répondent à d’autres violences, continuent de s’exposer aux persécutions et même de risquer leur vie dans la défense des opprimés et la fidélité vécue aux valeurs évangéliques de partage, de pardon et d’amour.