1 mai 2002 – Mercredi de la 5ème semaine de Pâques "A"

Actes 15:1-6; Jean 15:1-8

Abbaye de La Clarté-Dieu, Murhesa, Rép. Dém. du Congo

 

 

Homélie

 

            Après avoir lu à peu près en entier le chapitre 14 de saint Jean, nous commençons aujourd'hui le chapitre 15 et nous retrouvons en pleine évidence de thème de la "demeure" évoqué si souvent dans le chapitre précédent.  "Demeurez en moi, comme moi en vous… Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit." 

 

            Même si le christianisme est une religion d'amour et de communion avec Jésus, Fils de Dieu,  la tentation nous guette sans cesse d'en faire une religion de commandements, d'obligations et d'interdits.  Cette tentation est aussi vieille que l'Église.  Paul, qui était pourtant non seulement un Juif, mais un Pharisien,  avait été envoyé par Jésus porter la Bonne Nouvelle aux Nations et elles avaient accueilli en grand nombre son message.  Les Chrétiens d'origine juive et particulièrement les Pharisiens voulaient exiger que les convertis du paganisme adoptent les pratiques juives, en particulier la circoncision lorsqu'ils devenaient chrétiens.  Saint Paul s'y oppose de façon absolue et c'est pourquoi il provoqua l'examen de cette question par les Apôtres en venant à Jérusalem.

 

            Ce qui est propre au Christianisme, ce n'est pas telle ou telle pratique religieuse;  c'est la foi au Christ – une relation personnelle à Jésus de Nazareth, Fils de Dieu.  Cette foi doit s'exprimer à travers la vie, et comme est partagée avec beaucoup d'autres, elle doit s'exprimer dans des gestes religieux.  Beaucoup des gestes religieux par lesquels nous exprimons notre foi au Christ viennent du judaïsme.  Il n'y a pas de raison pour laquelle cette même foi ne puisse pas être exprimée aussi avec des gestes religieux provenant d'autres traditions religieuses de l'humanité.  L'important est d'éviter le fondamentalisme qui consiste précisément à considérer comme essentiel ce qui n'est qu'une expression relative de ce qui est essentiel.  C'est contre ce fondamentalisme que s'est élevé Paul et il a consacré tous ses efforts durant la majeure partie de sa vie pour défendre la liberté des enfants de Dieu.

           

            L'important c'est que nous portions des fruits – fruits de vertu et de sainteté.  Et, comme nous l'enseigne Jésus lui-même, nous ne porterons des fruits que si nous demeurons en Lui et si sa Parole demeure en nous.  Nous sommes comme les sarments d'une vigne;  et la vigne c'est Lui;  de sorte que si nous portons des fruits, ce seront les siens avant d'être aussi les nôtres. 

 

            Durant cette Eucharistie rendons-lui grâce pour ce privilège insigne.

 

 

*****************

 

1  Cependant certaines gens descendus de Judée enseignaient aux frères: "Si vous ne vous faites pas circoncire suivant l’usage qui vient de Moïse, vous ne pouvez être sauvés." 2  Après bien de l’agitation et une discussion assez vive engagée avec eux par Paul et Barnabé, il fut décidé que Paul, Barnabé et quelques autres des leurs monteraient à Jérusalem auprès des apôtres et des anciens pour traiter de ce litige. 3  Eux donc, après avoir été escortés par l’Église, traversèrent la Phénicie et la Samarie, racontant la conversion des païens, et ils causaient une grande joie à tous les frères. 4  Arrivés à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les apôtres et les anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. 5  Mais certaines gens du parti des Pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour déclarer qu’il fallait circoncire les païens et leur enjoindre d’observer la Loi de Moïse. 6  Alors les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette question. (Actes 15:1-6 JER)

 

 

1  Moi, je suis la vigne véritable et mon Père est le vigneron. 2  Tout sarment en moi qui ne porte pas de fruit, il l’enlève, et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, pour qu’il porte encore plus de fruit. 3  Déjà vous êtes purs grâce à la parole que je vous ai dite. 4  Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut de lui-même porter du fruit s’il ne demeure pas sur la vigne, ainsi vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. 5  Moi, je suis la vigne; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit; car hors de moi vous ne pouvez rien faire. 6  Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment et il se dessèche; on les ramasse et on les jette au feu et ils brûlent. 7  Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et vous l’aurez. 8  C’est la gloire de mon Père que vous portiez beaucoup de fruit et deveniez mes disciples. (Jean 15:1-8 JER)

 

**************