Envoyer un message


Présentation
J’ai demandé à mon vieil ami Jen-Claude Wagner, qui me connaît et m’apprécie,
de faire la présentation que voici :


 

 

André Maus, né en 1943, a, en 40 ans, élaboré une œuvre extrêmement dense, exposée très régulièrement depuis son 1er prix de sculpture à l’académie de Bruxelles en 1966. Les lignes qui suivent n’ont pas la prétention de la présenter dans sa totalité et les quelques pièces citées n’en illustreront que quelques aspects. Chez André, la sculpture, qu’elle soit terre, pierre ou bronze, est travail, au sens d’accouchement lent. Marsyas est une belle illustration de cette émergence. Mais il ne faudrait pas se tromper et y voir le fruit d’une activité torturée ou d’un labeur pénible. Bien sûr, il y a la difficile contrainte de la matière, qu’il faut mettre en forme, comme dans Coquine, Maternité ou Volupté. Mais cette activité procure un plaisir intense, jubilatoire, elle libère, L’Elan le montre bien. Par ailleurs, la maîtrise conduit au dépouillement, comme dans La Rêveuse et au tragique, comme dans Les Orants. C’est tout l’humain.

L’activité d’André Maus est inlassable, mais jamais égoïste. Il partage son plaisir en dessinant avec ses amis, artistes chevronnés ou amateurs. Ils goûtent son immense curiosité et sa grande culture qui, outre une technique sûre, nourrit une œuvre qui tend à l’universel.

J.-C. W.