Et   voilà…

 

Vous avez lu attentivement tous mes conseils,

vous êtes allés en Andorre,

et vous êtes conquis par son charme !

 

Vous décidez donc d’y acheter une résidence pour vos vacances,

ou même, pourquoi pas, de vous y établir.

 

Voici encore quelques données pratiques dans ce domaine.

 

 

Le séjour en Andorre est libre pour les ressortissants des Communautés européennes, il ne faut pas de visa (Andorre ne fait pas partie de l’Europe), et vous pouvez y séjourner aussi longtemps que vous le souhaitez (comme pour la France ou l’Espagne, il faut évidemment avoir une carte nationale d’identité pour passer la frontière). De plus, les taxes et les impôts sont faibles (mais pas inexistants : il y a la taxe immobilière, la taxe communale, la taxe sur les garages et les terrasses dans certaines communes, la taxe sur les services, notamment sur les restaurants, etc.) mais globalement c’est nettement moins que dans les pays européens.

 

Les animaux de compagnie doivent avoir une « micro-puce » d’identification avec document justificatif et être vaccinés.

 

Si vous optez pour l’achat d’un immeuble en Andorre, vous devez obligatoirement y ouvrir un compte en banque parce que tout est « domicilié » dans la Principauté : les taxes, les impôts, les assurances, les charges communes de l’immeuble, la taxe de circulation, etc.  Vous aurez le choix des banques, mais optez plutôt pour une banque établie depuis longtemps en Andorre. Une carte de paiement d’une banque locale vous fera de plus bénéficier de réductions chez certains commerçants (optez pour la carte or de chez Mora).

Pour devenir « résident » (c’est-à-dire s’y établir et y obtenir une carte d’identité émise par la Principauté), les formalités sont un peu plus compliquées : il ne faut plus exercer d’activité professionnelle, et justifier d’un certain revenu (attestation de la banque andorrane par exemple). Il faut de plus être propriétaire d’un bien immobilier et/ou verser une « garantie » à l’Etat andorran (des modifications sont en cours dans ce domaine, je ne m’y attarderais donc pas). Vous devrez ensuite justifier d’une présence physique effective de plus de 180 jours (notes d’électricité et de téléphone par exemple) pour le renouvellement de votre carte de résident. La nationalité est par contre extrêmement difficile à obtenir.

 

Vous ne pourrez pas travailler en Andorre, sauf demande de permis de travail sur base d’un contrat d’emploi. Actuellement, la création d’entreprises et les professions libérales sont réservées aux personnes de nationalité andorrane ou bien qui justifient d’une période ininterrompue d’au moins 20 ans de résidence en Andorre.

 

Et pour pouvoir se marier en Andorre, il faut obligatoirement qu’un des deux futurs époux soit andorran ou résident en Andorre.

 

Mais évidemment, toutes ces démarches ne sont pas nécessaires pour le touriste qui se contente de venir passer des vacances, aussi longues et fréquentes soient-elles.

 

 

LOCALISATION

 

Dans votre choix d’une localisation, tenez compte des activités saisonnières et du climat.  En hiver et hors saison, Encamp et Canillo sont peu fréquentés. Il en est de même d’Arinsal et de Pal.

 

De plus, le « côté français » étant plus haut, les conditions de circulation en hiver y sont donc nettement plus difficiles que dans le centre du pays ou du côté espagnol. Par contre, il y a plus de neige pour skier…

 

Sant Julià de son côté n’offre qu’un nombre de commerces et d’activités limités.

 

Optez donc pour la proche périphérie d’Andorre-la-Vella ou d’Escales-Engordany (mais les immeubles et l’environnement y sont peu agréables), ou pour La Massana (photo de gauche) ou mieux, Ordino (photo de droite - le top dans le coin, c’est « la campagne », comme ils disent… mais sans les inconvénients).

 

Choisissez plutôt un appartement qu’une maison ou un chalet. Les hivers sont rudes, et si vous ne vous y rendez pas très régulièrement, votre maison ou votre chalet risque de souffrir du gel, tandis que les gérants et concierges veillent sur les immeubles à appartements (qui bénéficient aussi du chauffage des voisins).

 

Les Andorrans adorent avoir un feu ouvert (« llar de foc ») chez eux, tous les (bons) appartements ont donc un.

 

Le mieux est de vous adresser à une agence immobilière locale  où l’on parle français couramment (comme par exemple Oceanic +376.738.000 www.oceanic.ad qui possède trois agences ou Immo Reig +376.808.380 www.immoreig.com en plein centre-ville). 

 

Il y a un vaste choix de petits appartements, même neufs, à prix raisonnable.

 

Sachez qu’appartement se dit « pis », que rez-de-chaussée se traduit par « planta baixa », et qu’un penthouse c’est un « atic ». Neuf se dit « d’obra nova », presque neuf « semi-nou », et vous comprendrez sans mon aide que « menjador », « cuina », « dormitori » et « bagni » signifient salle-à-manger, cuisine, chambres et salle-de-bains.

 

Si un petit appartement est facile à trouver, les grands appartements sont par contre très rares.

 

Les nouveaux immeubles proposent des surfaces plus grandes (supérieures à 200 m²) mais à des prix très élevés (largement plus d’un million d’euros). 

 

Si vous souhaitez bénéficier d’un appartement spacieux, il vaut donc mieux s’orienter vers une construction plus ancienne à rénover légèrement, pour ne payer que la moitié environ du prix du neuf.

 

Même en rénovant en profondeur, cela reste rentable (surtout aux tarifs locaux).

 

 

AUTRES ASPECTS PRATIQUES

 

Et vous bénéficierez gratuitement de la télévision digitale. En effet, Andorre a opté pour la TDT (télévision digitale terrestre www.tdt.ad avec notamment les chaînes françaises) dans tout le pays : oubliez donc les redevances de télédistribution.

 

De plus, la compagnie des téléphones ( www.sta.ad ) propose un forfait intéressant « Totem » avec communications téléphoniques à prix forfaitaire vers les pays européens et l’Internet rapide par fibre optique a été installé récemment. Les téléphones mobiles (Mobiland) sont pratique courante.

 

Si vous achetez une voiture, les plaques vous seront délivrées par le Touring Club. Pour le reste, les choses ont évolué et sont devenues comme ailleurs : taxe de roulage, assurance, contrôle technique périodique… Et les prix du carburant sont pratiquement alignés sur ceux du Luxembourg.

 

Les franchises douanières sont un peu plus larges vers la France que vers l’Espagne. Ne perdez pas de vue qu’Andorre ne fait pas partie de l’Europe. Lisez le document suivant qui vous donnera quelques renseignements, ou consultez http://www.douane.gouv.fr/page.asp?id=20 pour les informations récentes de la douane française.

 

Et si l’on vous dit qu’il n’y a pas de taxes, ne le croyez pas… C’est une veille légende.

Actuellement, il y a une taxe d’importation, une taxe immobilière, une taxe communale, une taxe automobile, une taxe sur les revenus (du travail et du capital) voit le jour et bientôt (en 2014) une TVA.

Mais cela reste raisonnable par rapport à certains autres pays.

 

 

 

 

 

 

© L.P.

 

01.03.2013