Une réserve en or !

Le Ru des Fagnes

photo J.P. Bouyer

Une des particularités de la réserve du Ru des Fagnes est la présence
d'une zone à phragmites poussant sur un tapis de sphaignes : ce type
de formation végétale est rare en Haute Ardenne.

La réserve naturelle du Ru des Fagnes, créée en 1994, dépasse à présent
20 hectares. Un site naturel et paysager exceptionnel est en train
de renaître. C’est le résultat d’une association exemplaire entre les
Réserves Naturelles RNOB et Patrimoine Nature.

Avec ses paysages variés de landes et bas-marais acides, de boulaies sur sphaigne, de prairies humides et de nardaies, la cuvette du Ru des Fagnes voyait prospérer au siècle dernier quelques espèces particulièrement rares. Cerné par des routes, grignoté par l’urbanisation, envahi par la monoculture d’épicéas souvent chétifs car peu adaptés au terrain, ce joyau exceptionnel du patrimoine naturel wallon semblait destiné à disparaître complètement.

Mais Patrimoine Nature et les Réserves Naturelles RNOB ont signé en 1994 un protocole de collaboration, pour sauvegarder ce qu’il en reste et y restaurer ce qui peut l’être.

Situation

Le site du Ru des Fagnes se situe en Haute Ardenne, sur la commune de Waimes à proximité de sa limite avec Malmedy. D’innombrables ruisselets naissent dans la large cuvette où se situe la réserve, pour former le Ru des Fagnes, qui effectue un parcours Nord-Sud de 5 km entre le Mémorial américain de Baugnez (altitude 490 m) et sa confluence avec l'Amblève (altitude 360 m).

Au temps où paissaient les moutons, les landes occupaient dans ces régions des espaces considérables. Elles servaient de lieu de pâturage itinérant au troupeau commun du village, mené par le herdier (le berger communal) et regroupant les quelques animaux appartenant à chaque exploitation agricole. Piétinées et rongées par les troupeaux, les landes sèches (avec la callune fausse bruyère et la myrtille) ou humides (avec la bruyère quaternée et la narthécie) ne portent qu’une végétation au ras du sol, ponctuée seulement de quelques arbustes et buissons. Presque partout, l’abandon des anciennes pratiques agro-pastorales a entraîné un reboisement spontané en bouleaux, et les reboisements systématiques en épicéas des XIXe et XXe siècles en ont fait disparaître les dernières traces.

Surfaces

Les achats ont commencé dès la signature du protocole, avec la collaboration de la compagnie d’assurances L’Ardenne Prévoyante. Ils se sont poursuivis en 95-96, avec des fonds provenant des Réserves Naturelles RNOB et de Patrimoine Nature, ainsi que de donateurs privés dont le Soroptimist et le Kiwani’s de Malmedy. A fin 96, la surface atteignait 7,8 ha.

Le programme LIFE landes et nardaies, financé par l’Union Européenne et la Région Wallonne, a permis une spectaculaire progression en 97-98 : la surface dépasse à présent 20 ha.

On aura ainsi sauvé une partie - mais une partie seulement - des zones biologiquement les plus intéressantes. Le travail est loin d’être achevé : si l’on veut rendre au site sa splendeur d’antan et reconstituer un large ensemble paysager suffisamment ouvert, nécessaire pour laisser s’exprimer les énormes potentialités biologiques du lieu, un important programme d’achats devra se poursuivre pendant quelques années encore ... au bout desquelles, on peut l’espérer, le site pourra être considéré, tant par le naturaliste que par le promeneur, comme un des joyaux de la région.

Patrimoine historique et culturel

Le Ru des Fagnes est aurifère. Toute cette région a connu, à la fin du siècle dernier, sa " ruée vers l'or ". Les vestiges de lavage (tertres d'orpaillage datant de l’époque celtique) étaient, voici quelques dizaines d'années encore, bien visibles le long du Ru des Fagnes; malheureusement, ils semblent avoir tous aujourd’hui disparu, les fermiers riverains les ayant nivelés pour aplanir leurs prés.

Une autre singularité attirera au Ru des Fagnes les amateurs de curiosités historiques : les ruisseaux y ont été pavés (sans doute pour limiter l’érosion?) de dalles de schiste.

Botanique

Le couvert végétal est constitué d'une mosaïque très fine de peuplements divers : les variations hydriques et trophiques, les dépôts alluvionnaires, les anciennes pratiques agro-pastorales, ... ont en effet engendré une grande diversité de milieux.

Un nombre étonnant de plantes différentes peut y être observé. Les plus intéressantes croissent pour la plupart dans la zone tourbeuse du site. Là où les ligneux ne sont pas trop denses, sur ou entre le tapis de sphaignes, une végétation caractéristique s'exprime, avec des plantes comme la bruyère quaternée, la narthécie, la canneberge, la trientale, la linaigrette, l'orchis maculé, le trèfle d'eau, la violette des marais, le fenouil des alpes ou une multitude de laîches.

linaigrette

La linaigrette et la trientale, plantes caractéristiques des Hautes-Fagnes voisines,
se rencontrent également dans la réserve du
Ru des Fagnes.

trientale

En 1885, un professeur de Malmedy, J.J. Siegers, avait relevé 638 espèces de plantes en Wallonie malmédienne. Selon une étude publiée un siècle plus tard, 83 n’ont plus été retrouvées et 37 sont devenues très rares ou en voie de disparition. Parmi elles, le rossolis intermédiaire (plante carnivore, encore signalée en 1961), la gentiane pneumonanthe (encore signalée en 1966), ou la malaxie des marais, ont jadis peuplé la cuvette tourbeuse du Ru des Fagnes.

Ornithologie

Le milieu forestier du Ru des Fagnes convient bien notamment aux espèces arboricoles tels que le pic noir, le pic épeiche, le pic épeichette (rare dans la région), la sittelle torchepot et les deux espèces de grimpereaux. Les tarins, bouvreuils, fauvettes, cassenoix, ... trouvent là aussi un milieu idéal pour la reproduction et le nourrissage. Le biotope convient également parfaitement à la bécasse des bois. Peut-être observerez-vous aussi l’autour en chasse et, en bordure du ruisseau, le cincle plongeur ou le martin-pêcheur.

Gestion

De nombreuses journée de gestion ont déjà été organisées par le Comité de Gestion "Entre Fagnes et Amblève"; c'est ainsi que la zone à phragmites a été dégagée des saules et des bouleaux, que des épicéas ont été éliminés et qu'un dépotoir sauvage a été assaini.

Un plan de gestion est en cours d’établissement dans le cadre de la demande d’agrément de la réserve : la restauration du site passera - à l’exception de quelques zones de boulaies sur sphaigne - par une ouverture radicale du milieu.

Le texte ci-dessus, signé de Philippe Collas et Jean-Pierre Bouyer, est paru dans le numéro de novembre 1998 du magazine Réserves Naturelles

 

La réserve du Ru des Fagnes, gérée par le Comité de Gestion "Entre Fagnes et Amblève", est une réalisation commune de :

logo patrimoine nature

Logo RN

 

contacts téléphoniques :

Conservateur de la réserve : Maurice Gérardy,  080/67.96.16

Patrimoine Nature : Roland Heyen, président, 080/33.07.50

Natagora - Réserves Naturelles RNOB : 081/83 05 70  - responsable régional Philippe Collas 080/41.81.84

Retour à la homepage "Entre Fagnes et Amblève" :