Chansons médiévales

Nous avons le plaisir de vous annoncer la (re)naissance d'un nouveau groupe de musique médiévale. Anciennement appelée "Estoc" la formation "Semper Imus" s'est étoffée pour vous offrir plus plaisir encore. Nous travaillons actuellement à enrichir le répertoire avec plus de morceaux chantés.

Vous trouverez ici des textes de chansons médiévales qui feront prochainement partie de notre répertoire. N'hésitez pas à m'envoyer de nouveaux textes référencés. Attention, n'envoyez que des textes de chansons médiévales tardives (entre le 11è et le 15è Siècles), de préférence chantables et si possible accompagnées d'un fichier audio ou d'une référence audio. Merci. ()

Chansonnier Semper Imus

Comment Qu'à Moy Lonteinne (Guillaume de Machaut – XIV ème Siècle)

Comment qu'à moy lonteinne
Soiez, dame d'onnour,
Si m'estes vous procheinne
Par penser nuit et jour.

Car Souvenir me meinne,
Si qu'adès sans sejour
Vo biauté souvereinne,
Vo gracieus atour,

Vo maniere certainne
Et vo fresche coulour
Qui n'est pale ne veinne,
Vou toudis sans sejour.

Comment qu'à moy.

Dame, de grace pleinne,
Mais vo haute valour,
Vo bonté souvereinne
Et vo fine douçour

En vostre dous demeinne
M'ont si mis que m'amour,
Sans pensée vilainne,
Meint en vous que j'aour,

Comment qu'à moy lonteinne

Soiez, dame d'onnour.
Mais Desirs qui se peinne
D'acroistre mon labour
Tenra mon cuer en peinne
Et de mort en paour,

Se Diex l'eure m'ameinne
Qu'à vous, qui estes flour
De toute flour mondeinne,
Face tost mon retour.

Comment qu'à moy lonteinne
Soiez, dame d'onnour,
Si m'estes vous procheinne
Par penser nuit et jour


Hui Main, au Doz Mois de Mai (Manuscript de Montpellier - XIII°ème siècle)
Hui main, au doz mois de mai,
Desouz le solau levant,
En un vergier m'en entrai.
Desous un pin verdoiant
Une pucele trovai
Roses coillant.
Lors me trai vers li,
De fine amour la pri;
Ele me respondi:
"A moi n'atoucherés vous ja,
Quar j'ai mignot ami."

 

J'ai vu le loup, le renard, le lièvre (Traditionnel Breton – XVème siècle)

C’est dans 4 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard cheuler
C’est dans 4 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard cheuler

J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
J'ai vu le loup, le renard cheuler
C'est moi-même qui les ait rebeuillés
J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
C'est moi-même qui les ait rebeuillés
J'ai vu le loup, le renard cheuler.

C’est dans 3 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard chanter
C’est dans 3 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard chanter

J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
J'ai vu le loup, le renard chanter
C'est moi-même qui les ait rechignés
J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
C'est moi-même qui les ait rechignés
J'ai vu le loup, le renard chanter.

C’est dans 2 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard danser
C’est dans 2 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard danser

J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
J'ai vu le loup, le renard danser
C'est moi-même qui les ait revirés
J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
C'est moi-même qui les ait revirés
J'ai vu le loup, le renard danser.

C’est dans 1 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard danser
C’est dans 1 ans je m’en irai
J'ai vu le loup, le renard danser

J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
J'ai vu le loup, le renard danser
C'est moi-même qui les ait revirés
J'ai vu le loup, le renard, le lièvre
C'est moi-même qui les ait revirés
J'ai vu le loup, le renard danser.

cheuler : boire à la pinte
rebeuiller : épier
rechigner : imiter
revirer : fait danser

 

Bergeronnette (Adam de la Halle – XIIIème Siècle)

Bergeronnet, douche baisselete,
Donnés moi, vostre chapelet.

Marote:
Robin, veux tu que je le meche
Seur ton chief par amourete?
M'en iert il mieus se je l'i met,
M'en iert il mieus se je l'i met.

Robins:
Oïl, vous serés m'amiete;
Vous averés ma chainturete,
M'aumosniere et mon fremalet.
Bergeronnete, douche baisselete,
Donnés le moi, vostre chapelet.

Marote:
Volentiers, ci men amiet.

 

Robin, par l'ame ten pere (Adam de la Halle - XIIIème Siècle)

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Sés tu bien baler du piet?

Robins:
Oïl, par l'ame me mere.
Resgarde comme il me siet:
Avant et arriere,
Bele, avant et arriere.

Robins:
Oïl, par l'ame me mere.
Resgarde comme il me siet:
Avant et arriere,
Bele, avant et arriere.

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Car nous fai le tour dou chief.
Robins:
Marot, par l'ame me mere,
J'en venrai mout bien a chief.
I fait on tel chiere,
Bele, i fait on tel chiere?

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Car me fai le tour du bras.

Robins:
Marot, par l'ame me mere,
Tout arasinc con tu vaurras.
Est chou la maniere,
Bele, est chou la maniere?

Marote:
Robin, par l'ame ton pere,
Sés tu fere le touret?

Robin:
Ouil, par l'ame ma mere,
Ra il en moi biau vallet
Devant et derriere,
Bele, devant et derriere.

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Sés tu baler as seriaus?

Robins:
Oïl, par l'ame me mere,
Mais j'ai trop mains de chaviaus
Devant que derriere,
Bele, devant que derriere

 

J’’Aloie I’Autrier Errant (Thibaut de Champagne – XIIIème Siècle)

J’aloie I’autrier errant
Sanz compaignon
Seur mon palefroi pensant
A fere une chançon

Quant j’oï, ne sai conment,
Lez un buisson
La voiz du plus bel enfant
C’onques veïst nus hon;

Et n’estoit pas enfes, si
N’eüst quinze anz et demi,
N’onques nule riens ne vi
De si gente façon.

Vers li m’en vois maintenant,
Mis 1’ a reson
« Bele, dites moi conment,
Pour Dieu, vous avez non.»

Et ele saut tout errant
A son baston:
« Se vous venez plus avant,
Ja avroiz la tençon.

 

 

Sire, fuiez vous de ci!
N’ai cure de tel ami,
Car j’ai mult plus biau choisi,
Qu’en claime Robeçon.»

Quant je la vi esfreer
Si durement
Qu’el ne mi daigne esgarder
Ne fere autre senblant,

Lors conmençai a penser
Confaitement
EIe me porroit amer
Et changier son talent.

A terre lez li m’assis;
Quant plus regart son cler vis,
Tant est plus mes cuers espris,
Qui double mon talent.

Lors li pris a demander
Mult belement
Que me daignast esgarder
Et fere autre senblant.

Ele conmence a plorer
Et dist itant
«Je ne vos puis esgarder,
Ne sai qu’alez querant.»

Vers li me trais, si li di:
«Ma bele, pour Dieu, merci!»
Ele rist, si respondi :
« Nou faites pour la gent.»

Devant moi lors la montai
De maintenant
Et trestout droit m’en alai
Vers un bois verdoiant.

Aval les prez regardai,
S’oï criant
Deus pastors parmi un blé
Qui venoient huiant

Et leverent un haut cri.
Assez fis plus que ne di;
Je la les, si m’en foi
N’oi cure de tel gent.

 

Seigneurs, Sachiez - Chanson de croisade (Thibaud de Champagne XIIIème Siècle)

Seignor, saichiés qui or ne s’en ira
En cele terre ou Deus fu mors et vis
Et qui la crois d’outremer ne penra
A paines mais ira en paradis.
Qui a en soi pitié ne ramembrance
Au haut Seignor doit querre sa venjance
Et delivrer sa terre et son pais.

Tuit li mauvés demorront par deça,
Qui n’aiment Dieu, bien ne honor ne pris
Et chascuns dit: «Ma fame que fera?
Je ne lairoie a nul fuer mes amis.»
Cii sont cheoit en trop foie atendance,
Qu’il n’est amis fors que cil, sanz doutance
Qui por nos fu en la vraie crois mis.

Or s’en iront cil vaillant bacheler
Qui aiment Dieu et l’eunor de cest mont,
Qui sagement vuelent a Dieu aler;
Et li morveux, li cendreux demorront;
Avugle sunt, de ce ne dout je mie.
Qui un secors ne fait Dieu en sa vie
Et por Si pou pert la gloire dou mont.

Dieus se lessa en crois por nos pener
Et nos dira au jor que tuit vendront:
«Vos qui ma crois m’aidastes a porter
Vos en irez la ou mi angle sont;
La me verrez et ma mere Marie.
Et vos par cuije n’oi onques aïe
Descendrés tuit en enfer le parfont.»

Chascuns cuide demorer toz haitiez
Et que jamés ne doie mal avoir;
Ainsi les tient Anemis et pechiez
Que il n’ont sen, hardement ne pooir.
Biaus sire Dieus, ostés leur tel pensee
Et nos metez en la vostre contree
Si saintement que vos puissons veoir!

Douce dame, roïne coronee,
Proiez por nos, virge bien aüree!
Et puis aprés ne nos puet mescheoir

 

Pucelete (XIIIème Siècle)

I
Pucelete bele et avenant
Joliete, polie et pleisant,
La sadete que je desir tant
Mi fait liés, jolis, envoisies et amant.
N'est en mai un si gai roussignolet chantant
S'amerai de cuer entierement
M'amiete la brunete jolietement.
Bele amie qui ma vie en vo baillie aves tenue tant,
Je vos cri merci en soupirant.

II
Je languis des maus d'amours.
Mieuz aim assez qu'il m'ocie
Que nul au tremaus.
Trop est jolie la mort.
Alegies moi, douce amie
Ceste maladie
Qu'amours ne m'ocie.

III
DOMINO

 

Gentil Galant de France (Cedric Wallis)

Gentil galant de France , qui à la guerre allez
Je vous prie qu' il vous plaise , Mon ami saluez

Comment le saluerais- je , si point ne le connait ?
Il est doux à connaitre , il est de blanc armé !

Il porte la croix blanche , les éperons dorés ,
Et au bout de sa lance , un cerf d' argent doré

Ne pleurez plus la belle , car il est trepassé !
Il est mort en Bretagne , les bretons l' ont tué

J' ai vu creuser sa fosse , à l' orée d' un vert pré
J' ai entendu sa messe , chantée par quatre cordeliers

Gentil galant de France , qui à la guerre allez
Je vous prie qu' il vous plaise , Mon ami saluez ...


Cuncti Simus Concanentes (Libre Vermell de Montserrat – XIVème Siècle)

Cuncti simus concanentes: Ave Maria. (bis)

Virgo sola existente en affuit angelus;
Gabnel est appellatus atque missus celitus.
Clara facieque dixit: Ave Maria.

Clara facieque dixit, audite, karissimi.
En concipies, Maria, Ave Maria.

En concipies, Maria, audite karissimi.
Pariesque filium, Ave Maria.

Pariesque tilium, audite, kanssimi.
Vocabis eum Ihesum, Ave Maria

 

Bele Doette (Anonyme Trouveres XII-XIIIème siècle)

Bele Doette as fenestres se siet,
Lit en un livre mais au cuer ne l'en tient,
De son ami Doon li resovient
Q'en autres terres est alez tornoier.
E or en ai dol!

Uns escuiers as degrez de la sale
Est dessendu, s'est destrossé sa male.
Bele Doette les degrez en avale,
Ne cuide pas oïr novele male.
E or en ai dol!

Bele Doette tantost li demanda:
"Ou est mes sires, que ne vi tel pieç'a?"
Cil ot tel duel que de pitié ploya;
Bele Doette maintenant se pasma.
E or en ai dol!

Bele Doette s'est en estant drecie:
Voit l'escuier, vers lui s'est adrecie,
En son tuer est dolante et correcie
Por son seignor dont ele ne voit mie.
E or en ai dol!

Bele Doette li prist a demander:
"Ou est mes sires cui je doi tant amer?"
"En non Deu, dame, ne.l vos quier mais celer:
Morz est mes sires, ocis fu au joster."
E or en ai dol!

Bele Doette a pris son duel a faire:
"Tant mar i fustes, cuens Do, frans debonaire,
Por vostre amor vestirai je la haire,
Ne sor mon cors n'avra pelice vaire.
E or en ai dol!
Por vos devenrai nonne en l'eglyse saint Pol.

" Por vos ferai une abbaïe tele,
Qant iert li jors que la feste iert nomeie,
Se nus i vient qui ait s'amor fauseie,
Ja del mostier ne cavera l'entreie."
E or en ai dol!
Por vos devenrai nonne en l'eglyse saint Pol.

Bele Doette prist s'abaiie a faire,
Qui mout est grande et adés sera maire;
Toz cels et celes vodra dedanz atraire
Qui por amor sevent peine et mal traire.
E or en ai dol!
Por vostre amor devenrai nonne en l'eglyse saint Pol.


Leur Va (Adam de la Halle - vers 1280)
Marote:
Hé! Robechon, leur leure va,
Car vien a moi, leure leure va,
S'irons jeuer, leure doleur va,
Doleur va.

Robin:
Hé! Marion, doleur va,
Je vois a toi, doleur va,
S'irons jeuer, doleureure va,
Dolereure va.

 

Ce Fut en Mai (Moniot d'Arras, trouvère - XIIIème siècle)
Ce fut en mai
Au douz tens gai
Que la saisons est bele,
Main me levai,
Joer m'alai
Lez une fontenele.
En un vergier
Clos d'aiglentier
Oi une viele;
La vi dancier
Un chevalier
Et une damoisele.
Cors orent gent
Et avenant
Et molt très bien dançoient;
En acolant
Et en baisant
Molt biau se deduisoient.
Au chief du tor,
En un destor,
Doi et doi s'en aloient;
Le jeu d'amor
Desus la flor
A lor plaisir faisoient.
J'alai avant.
Molt redoutant
Que mus d'aus ne me voie,
Maz et pensant
Et desirrant
D'avoir ausi grant joie.
Lors vi lever
Un de lor per
De si loing com j'estoie
Por apeler
Et demander
Qui sui ni que queroie.
J'alai vers aus,
Dis lor mes maus,
Que une dame amoie,
A cui loiaus
Sanz estre faus
Tot mon vivant seroie,
Por cui plus trai
Peine et esmai
Que dire ne porroie.
Et bien le sai,
Que je morrai,
S'ele ne mi ravoie.
Tot belement
Et doucement
Chascuns d'aus me ravoie.
Et dient tant
Que Dieus briement
M'envoit de celi joie
Por qui je sent
Paine et torment:
Et je lor en rendoie
Merci molt grant
Et en plorant
A Dé les comandoie.

 

L'homme Armé (XVème)

L'homme, l'homme, l'homme armé,
L'homme armé
L'homme armé doibt on doubter, doibt on doubter.

On a fait partout crier,
Que chascun se viengne armer
D'un haubregon de fer.

Grand bassinet à mésail
Tout entourné d’un camail
De bons anneaux de fer

Chevaucher grrand destrier
Dans l’étrier bien campé
Cœur valoureux et fier

Roide lance de pommier
Portant fer acéré
Et penon de couleur

 

Sire Cuens (Colin Muset - XIIIème Siècle)

Sire cuens, j'ai vielé
Devant vous en vostre ostel,
Si ne m'avez rien doné
Ne mes gages aquité:
C'est vilanie!
Foi que doi sainte Marie,
Ainsi ne vous sivrai mie.
M'aumosniere est mal garnie
Et ma bourse mal farsie.

Sire cuens, car comandez
De moi vostre volenté.
Sire, il vous vient à gré,
Un beau don car me donez
Par courtoisie!
Talent ai, n'en doutez mie,
De raler à ma mesnie.
Quant j'i vois bourse esgarnie,
Ma feme ne me rit mie,

Ainz me dit. "Sire Engelé,
En quel terre avez esté,
Qui n'avez rien conquesté?.
Troz o estre deporter
Aval la ville.
Vez com vostre male plie!
Ele est bien de vent farsie.
Honis soit qui a envie
D'estre en vostre compagnie!"

 

Quant je vieng à mon ostel
Et ma feme a regardé
Derrier moi le sac enflé,
Et je qui sui bien paré
De robe grise,
Sachiez qu'ele a tost jus mise
La quenoille sans faintise;
Ele me rit par franchise,
Ses deus bras au col me plie.

Ma feme va destrousser
Ma male sans demorer;
Mon garçon va abuvrer
Mon cheval et conreer;
Ma pucele va tuer
Deus chapons pour deporter
A la janse alie;
Ma fille m'aporte un pigne
En sa main par cortoisie.
Lors sui de mon ostel sire
A moult grant joie sans ire
Plus que nuls ne porroit dire.

 

La Belle se Sied (XVème Siècle)
La belle se sied au pied de la tour,
qui pleure et soupire et mène grand dolour.
Son père lui demande: fille qu'avez vous
voulez vous mari ou voulez vous seignour?
Je ne veuille mari, je ne veuille seignour
je veux le mien ami qui pourrit en la tour.
Par Dieu ma belle fille alors ne l'aurez vous
car il sera pendu demain au point du jour.
Père s'on le pend enfouyés moi dessous
ainsi diront les gents ce sont loyales amours.

 

Le Roi Renaud (XVème Siècle – Traditionnel Français)

Quand Jean Renaud, de guerre revient
Tient ses entrailles dans sa main.
Sa mère était sur les créneaux
Qui vit venir son fils Renaud.

" - Mon fils Renaud, réjouis toi,
Ta femme a mis au monde un roi."
" - Ni de ma femme, ni de mon fils
Je ne saurais me réjouir."

" - Faites moi vite un beau lit blanc
Je n'y dormirai pas longtemps !"
Et quand ce vint sur les minuits
Le Roi Renaud rendit l'esprit.

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Que pleurent nos valets ici ? "
" - Ma fille en baignant les chevaux,
Ont laissé noyer les plus beaux."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Pourquoi j'entends cogner ici ?"
" - Ma fille ce sont les charpentiers
Qui raccommodent les greniers."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Que chantent les prêtres ici ?"
" - Ma fille c'est la procession
Qui fait le tour de la maison."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Quel habit prendrais-je aujourd'hui ?"
" - Prenez le vert, prenez le gris,
Prenez le noir, pour mieux choisir."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Ce que ce noir là signifie ?"
" - La femme qui relève d'enfant
Le noir lui est bien plus séant."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Irais-je à la messe aujourd'hui ?"
" - Ma fille, attendez à demain,
Et vous irez pour le certain."

Mais quand ce fut parmi les champs
Trois pastoureaux allaient disant:
" - Voici la femme du seignour
Que l'on enterra l'autre jour."

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Que disent ces pastoureaux-ci ?"
" - Ils disent d'avancer le pas,
Ou que la messe n'aurons pas."

Quand à l'église fut arrivée
Le cierge on lui a présenté,
Elle s'aperçut, s'agenouillant
La terre fraîche sous la banc.

" - Ah! dites moi, mère, m'amie,
Pourquoi la terre est fraîche ici ?"
" - Ma fille ne peux vous le celer
Renaud est mort et enterré."

 

Belle Jolande (Chanson de Toile - Anonyme du XIIème Siècle)

Belle Jolande en sa chambre était assise
Elle cousait une robe de belle soie
Elle voulait l'envoyer à son ami
Elle chantait cette chanson tout en soupirant
Mon Dieu, il est si doux le nom d'amour
Je ne croyais jamais en sentir de chagrin

Mon bel ami si doux, je veux vous envoyer
une robe de soie en signe de mon grand amour
je vous en prie pour Dieu, ayez de moi pitié"
Mon Dieu, il est si doux le nom d'amour
je ne croyais jamais en sentir de chagrin

Comme elle prononçait ces paroles
son ami entra dans la maison
Elle le vit, elle baissa la tête
Elle ne pouvait plus parler, elle ne lui dit ni oui ni non
Mon Dieu, il est si doux le nom d'amour
Je ne croyais jamais en sentir de chagrin

Ma douce dame, vous m'avez oublié"
Elle l'entend, elle lui souri
avec un soupir, elle lui tendit ses beaux bras,
Elle le prit et l'enlaca si doucement!
Mon Dieu, il est si doux le nom d'amour
Je ne croyais jamais en sentir de chagrin

Mon cher amour, je ne sais vous tromper,
Je veux plutôt vous aimer de coeur loyal
quand il vous plaira, vous pourrez m'embrasser
Je veux m'aller coucher entre vos bras"
Mon Dieu, il est si doux le nom d'amour
je ne croyais jamais en sentir de chagrin

Son ami la prend entre ses bras,
ils vont tous les deux seuls s'asseoir sur un beau lit
Belle Jolande l'enlace si étroitement
Il l'étend sur le lit à la française
Mon Dieu il est si doux le nom d'amour
Je ne croyais jamais en sentir de chagrin

 

Under der Linden (Walther von der Vogelweide (~1170 - ~1230)

Under der linden
an der heide.
dâ unser zweier bette was,
Da mugt ir vinden
schône beide (liebevoll gebrochen)
gebrochen blumen unde gras.
Vor dem walde in einem tal,
tandaradei,
schône sanc diu nahtegal.

Ich kam gegangen
zuo der ouwe:
dô was mîn friedel komen ê.
Dâ wart ich enpfangen,
hêre frouwe,
daz ich bin sælic iemer mê. (daß es mich immer glücklich machen wird)
Kuste er mich? wol tûsentstunt:
tandaradei,
seht wie rôt mir ist der munt.

 

Dô het er gemachet
âlso rîche (in aller Pracht)
von bluomen eine bettestat.
Des wird noch gelachet
inneclîche
kumt iemen an daz selbe pfat
Bî den rôsen er wol mac, (er = iemen)
tandaradei,
merken wâ mirz houbet lac.

Daz er bî mir læge,
wessez iemen (wüßte es jemand)
(nu enwelle got!), sô schamt ich mich.
Wes er mit mir pflæge,
niemer niemen niemals soll jemand
bevinde daz wan er und ich - (als)
Und ein kleinez vogellîn,
tandaradei,
daz mac wol getriuwe sîn.


Non Sofre Santa Maria (Cantigas de Santa Maria 159 - XIIIème Siècle)

Como Santa Maria fez descubrir ha posta de carne
que furtaran a us romeus na vila de Rocamador.

Non sofre Santa Maria de seeren perdidosos
os que as sas romarias son de fazer desejosos.

E dest' oyd' un miragre de que vos quero falar,
que mostrou Santa Maria, per com' eu oý contar,
a us romeus que foron a Rocamador orar
como mui bõos crischãos, simplement' e omildosos.

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...

E pois entraron no burgo, foron pousada fillar
e mandaron conprar carne e pan pera seu jantar
e vynno; e entre tanto foron aa Virgen rogar
que a seu Fillo rogasse dos seus rogos piadosos

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...

Por eles e non catasse de como foran errar,
mais que del perdon ouves[s]en de quanto foran peccar.
E pois est' ouveron feito, tornaron non de vagar
u seu jantar tian, ond' eran cobiiçosos.

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...


E mandaran nove postas meter, asse Deus m' anpar,
na ola, ca tantos eran; mais poi-las foron tirar,
acharon end' ha menos, que a serventa furtar
lles fora, e foron todos poren ja quanto queixosos.

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...

E buscaron pela casa pola poderen achar,
chamando Santa Maria que lla quisesse mostrar;
e oyron en un' arca a posta feridas dar,
e d' ir alá mui correndo non vos foron vagarosos.

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...

E fezeron log' a arca abrir e dentro catar
foron, e viron sa posta dacá e dalá saltar;
e sayron aa rua muitas das gentes chamar,
que viron aquel miragre, que foi dos maravillosos

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...

Que a Virgen groriosa fezess' en aquel logar.
Des i fillaron a posta e fórona pendorar
per ha corda de seda ant' o seu santo altar,
loando Santa Maria, que faz miragres fremosos.

Non soffre Santa Maria de seeren perdidosos...



Como poden per sas culpas (Cantigas de Santa Maria 166 - XIIIème Siècle)

Esta [é] como Santa Maria guareceu un ome que era tolleito
do corpo e dos nenbros, na sa eigreja en Salas.

Como poden per sas culpas os omes seer contreitos,
assi poden pela Virgen depois seer sãos feitos.

Ond' avo a un ome, por pecados que fezera,
que foi tolleito dos nenbros da door que ouvera,
e durou assi cinc' anos que mover-se non podera,
assi avia os nenbros todos do corpo maltreitos.

Como poden per sas culpas os omes seer contreitos...

Con esta enfermidade atan grande que avia
prometeu que, se guarisse, a Salas logo irya
e ha livra de cera cad' ano ll' ofereria;
e atan toste foi são, que non ouv' y outros preitos.

 

Como poden per sas culpas os omes seer contreitos...

E foi-sse logo a Salas, que sol non tardou niente,
e levou sigo a livra da cera de bõa mente;
e ya muy ledo, como quen sse sen niun mal sente,
pero tan gran tenp' ouvera os pes d' andar desafeitos.

Como poden per sas culpas os omes seer contreitos...

Daquest' a Santa Maria deron graças e loores,
porque livra os doentes de maes e de doores
e demais está rogando senpre por nos pecadores;
e poren devemos todos sempre seer seus sogeitos.

Como poden per sas culpas os omes seer contreitos...


Tempus Transit Gelidum (Carmina Burana 153 - XIIIème Siècle)

Tempus transit gelidum
Mundus renovatur
Verque redit floridum
Forma rebus datur
Avis modulatur
Modulans letatur
Lucidior et lenior aer iam serenatur
Iam florea iam frondea silva comis densatur

Ludunt super gramina
Virgines decore
Quarum nova carmina
Dulci sonant ore
Annuunt favore
Voluchres canore
Favent et odore
Tellus picta flore
Cor igitur et scingitur et tangitur amore
Virginibus et avibus strepentibus sonore

Tendit modo recia
Puer pharetratus
Qui deorum curia
Prebet famulatus
Cuius dominatus
Nimium est latus
Per hunc triumphatus
Sum et sauciatus
Pugnaveram et fueram inprimis reluctatus
Et iterum per puerum sum Veneri prostratus

Unam huius vulnere
Saucius amavi
Quam sub firmo federe
Michi copuiavi
Fidem coniuravi
Fidem violavi
Rei tam suavi
Otum me dicavi
Quam dulcia sunt basi puelle iam gustavi
Nec cinamum nec balsarnum esset tam dulce favi

Vrowe ih pin dir undertan
Des la mich geniezen
Ih diene dir so ih beste chan
Des wil dih verdriezen
Nu wil du mine sinne
Mit dime gewalte sliezen
Nu wold ih diner minne
Vil suoze wunne niezen
Vil reine wip din schoner lip wil mih ze sere schiezen
Uz dime gebot ih nimmer chume obz aile wibe hiezen


In Taberna Quando Sumus (Carmina Burana 196 - XIIIème Siècle)

In taberna quando sumus
Non curamus quid sit humus
Sed ad ludum properamus
Cui semper insudamus
Quid agatur in taberna
Ubi nummus est pincerna
Hoc est opus ut queratur
Sed quid loquar audiatur

Quidam Iudunt quidam bibunt
Quidam indiscrete vivunt
Sed in Iudo qui morantur
Ex his quidam denudantur
Quidam ibi vestiuntur
Quidam saccis induuntur
Ibi nullus timet mortem
Sed pro bacho mittunt sortem

Primo pro nummata vini
Ex hac bibunt libertini
Semel bibunt pro captivis
Post hec bibunt ter pro vivis
Quater pro christianis cunctis
Quinquies pro fidelibus defunctis
Sexies pro sororibus vanis
Septies pro militibus silvanis

Octies pro fratribus perversis
Novies pro monachis dispersis
Decies pro navigantibus
Undecies pro discordantibus
Duodecies pro penitentibus
Tredecies pro iter agentibus
Tam pro papa quam pro rege
Bibunt omnes sine lege

Bibit hera bibit herus
Bibit miles bibit clerus
Bibit ille bibit illa
Bibit servus cum ancilla
Bibit velox bibit piger
Bibit albus bibit niger
Bibit constans bibit vagus
Bibit rudis bibit magus

Bibit pauper et egrotus
Bibit exul et ignotus
Bibit puer bibit canus
Bibit presul et decanus
Bibit soror bibit frater
Bibit anus bibit mater
Bibit ista bibit ille
Bibunt centum bibunt mille

Parum durant ex nummate
Ubi ipsi inmoderate
Bibunt omnes sine meta
Quamvis bibant mente leta
Sic nos rodunt omnes gentes
Et sic erimus egentes
Qui nos rodunt confundantur
Et cum iustis non scribantur


Bache Bene Venies (Carmina Burana 200 - XIIIème Siècle)

Bache bene venies gratus et optatus
per quem noster animus fit letificatus

Istud vinum bonum vinum
vinum generosum
reddit virum curialem
probum animosum

Iste cyphus concavus de bono mero profluus
siquis bibit sepius satur fit et ebrius

Hec sunt vasa regia quibus spoliatur
ierusalem et regalis babilon ditatur

Ex hoc cypho conscii bibent sui domini
bibent sui socii bibent et amici

Bachus forte superans pectora virorum
in amorem concitat animos eorum

Bachus sepe visitans mulierum genus
facit eas subditas tibi o tu venus

Bachus venas penetrans calido liquore
facit eas igneas veneris ardore

Bachus lenis leniens curas et dolores
confert iocum gaudia risus et amores

Bachus mentem femme solet hic lenire
cogit eam citius viro consentire

Aqua prorsus coitum nequit impetrare
bachus illam facile solet expugnare

Bachus numen faciens hominem iocundum
reddit eum pariter doctum et facundum

Bache deus inclite omnes hic astantes
leti sumus munera tua prelibantes

Omnes tibi canimus maxima preconia
te laudantes merito tempora per omnia


Ich Was Ein Chint (Carmina Burana 185 - XIIIème Siècle)

Ich was ein chint so wolgetan,
virgo dum florebam
do brist mich div werlt al,
omnibus placebam.

Refrain:
Hoy et oe
maledicantur thylie
iuxta viam posite.

Da wolde ih an die wisen gan,
flores adunare,
do wolde mich ein ungetan
ibi deflorare.

Er nam mich bi der wizen hant,
sed non indecenter,
er wist mich div wise lanch
valde fraudulenter.

Er grait mir an daz wize gewant
valde indecenter
er fûrte mih bi der hant
multum violenter.

Er sprach: „vrowe ge wir baz!
nemus est remotum"
dirre wech der habe haz!
planxi et hoc totum.

Iz stat ein linde wolgetan
non procul a via
da hab ich mine herphe lan,
timpanum cum Iyra.

Do er zu der linden chom,
dixit: sedeamus,"
- div minne twanch sêre den man -
ludum faciamus!"

Er graif mir an den wizen lip,
non absque timore
er sprah:ich mache dich ein wip,
dulcis es cum ore!"

Er warf mir uof daz hemdelin
corpore detecta
er rante mir in daz purgelin
cuspide erecta.

Er nam den chocher unde den bogen
bene venabatur
der selbe hete mich betrogen
ludus compleatur.

 

Ave Venerabilile

Ave venerabile
Ave venerabile
Ave venerabile
Ave venerabile

(Ad Libitum)