Billes (boules) de billard.

BREF HISTORIQUE.

L'ivoire était déjà considéré en 1627 comme meilleur que tous les autres matériaux, notamment l'argile et le bois (*). Il provenait des défenses des éléphants mais sa consommation démesurée mettait l'existence de ces animaux en péril. La recherche de substituts de l'ivoire conduisit à la découverte du premier plastique 'Celluloïd' dans les années 1860 et à la fabrication de ses produits améliorés 'Bonzoline' en 1893 et 'Crystalate' vers 1900 (**). Le succès de ces plastiques, à base de nitrocellulose et de camphre, déclina à l'apparition de la bakélite et ensuite de ses dérivés 'Vitalite' et 'Aramith'. Ces plastiques à base de phénol et de formaldéhyde, appelés 'résines phénoliques', l'emportèrent finalement et l'utilisation de l'ivoire cessa vers 1960 sauf au 'Billard artistique'.

Voici quelques billes et/ou documents de la collection illustrant l'historique ci-dessus:

IVOIRE.

- Un jeu de deux billes à l'aspect caractéristique de l'ivoire et une teintée en rouge.

Chacune des trois billes a deux points opposés (plus grands pour l'une d'elles), un diamètre de 61 mm et un poids de 206 g.

- De nombreuses autres billes peuvent être vues dans [1].

- Couvercle d'une boîte de billes (ca. 1900)

pourvu d'une étiquette intérieure intéressante

.....

de la firme française Hénin Aîné, qui avait commencé à fabriquer des billes en 1830 [2].

- Tarif en FF jeux de 3 billes en ivoire de diverses qualités. Extrait d'un catalogue français datant de 1912 qui mentionne également un prix de 24 FF pour un jeu en composition 'Crystalate' d'un diamètre de 57 à 65 mm.

'CELLULOÏD'.

Ci-dessous, l'une des premières billes en composition datant de 1868 [i].

La plaque se lit comme suit: “Billiard Ball. Made in 1868 of Cellulose Nitrate, Celluloid. The Year John Wesley Hyatt Discovered This First Plastics Resin”.

Vu sa plus faible densité par rapport à celle de l'ivoire, le celluloïd était remplacé à l'intérieur de la bille par une matière plus dense.

'BONZOLINE'.

- Un jeu de trois billes dont deux sans points opposés.

- Une publicité humoristique parue dans 'The game of billiards and how to play it' de John Roderts, C. Arthur Pearson Ltd, Londres, 1913, annonce que 'Bonzoline est meilleur que l'ivoire' dans un dessin où deux éléphants jouent au billard.

Remarquons que plus d'un million de billes sont utilisées quotidiennement.

'CRYSTALATE'.

Les billes 'Crystalate' et 'Bonzoline' sont de compositions similaires.

Petites billes de billard de 52 mm de diamètre, de fabrication britannique.

Ci-dessous

- un extrait d'une annonce publicitaire 'Crystallate' britannique datant d'environ 1900

disant que les billes ont tous les mérites de l'ivoire sans en avoir aucun des inconvénients. Elles ne se fissurent pas ou ne se déforment pas et gardent toujours leur couleur.

- une annonce française de 1912.

Notons que ces billes en composition sont environ sept fois moins chères que les meilleures billes en ivoire de 62 mm de diamètre (voir les prix donnés plus haut).

Selon toutes les publicités ci-dessus, les billes de composition ont des qualités (élasticité, densité et sonorité) similaires à celles des billes d'ivoire mais ne présentent pas leurs défauts (manque d'homogénéité, sensibilité à la température et à l'humidité, déformation et fissuration avec l'âge, entretien difficile). Les joueurs professionnels étaient d'abord convaincus de la supériorité de l'ivoire mais ils ont changé d'avis plus tard.

'BAKELITE'..

Premier plastique thermodurcissable fabriqué en 1907 à partir de phénol et de formaldéhyde par l'Américain d'origine belge Léo Baekeland (1868-1944).

...

Deux billes brunes et une rouge. D'autres billes peuvent être vues dans [1].

La bakélite est encore utilisée actuellement dans la fabrication des billes 'Aramith'.

'FOR'.


Billes éburnéennes en composition [3] avec lesquelles plusieurs records ont été battus (voir ci-dessous l'extrait du journal français 'Le Billard Sportif' n° 143 de 1938).

Elles furent créées en 1936 par Edouard Fornells (1887-1942) à qui la Section des Matières Plastiques de l'Exposition Internationale des Arts et des Techniques de Paris décerna une Médaille d'Or en 1937. Ce fabricant produisit ensuite les billes 'FOR-MATCH', officiellement adoptées par la F.F.A.B. en 1938 (voir ci-dessous l'extrait du journal français 'Le Billard Sportif' n° 143 de 1938).

F.F.A.B. (Fédération Française des Amateurs de Billard) devenue F.F.B. (Fédération Française de Billard) en 1956.

'VITALITE'.

Le docteur Max Koebner travaillait en Allemagne, chez RASCHIG GmbH, lorsque vers 1937, pour échapper à la persécution des Juifs, il décida de s'exiler en Angleterre où il produisit la bille 'Vitalite' (**).

Petites billes de 52 mm de diamètre, rares, fabriquées et utilisées en Angleterre pendant la période 1940-1960.

Notons que dans les années 1930 la firme RASCHIG fabriquait déjà des billes de billard en résine phénolique à l'aide d'un procédé de résine coulée (**). Ci-dessous un logo non daté.


'ARAMITH'.

Billes parmi les anciennes (années 1960)


et les plus récentes (2018),

avec différentes couleurs et grands points, fabriquées par Saluc S.A. Cette firme, fondée en Belgique en 1923, commença à s'intéresser aux billes dans les années 1950 et domine maintenant le marché mondial depuis des décennies. Selon des annonces publicitaires, quelques-unes des qualités principales des billes 'Aramith' sont leur sphéricité et équilibre parfaits ainsi que leur solidité et roulement sans friction.

Ci-dessous, quelques notes concernant des billes de composition inconnue.

1) Une annonce française (1901) de billes de billard 'Composition Française'.

2) Les Etablissements Mauclair-Dacier, Paris, vendent vers 1900 les billes 'Les sans rivales' en composition.

3) Une réclame d'avant 1908, de billes de billard 'Elforit', d'abord appelées 'Crystalline' (= 'Crystalate' ?).

4) Un extrait du Katalog über Billard Zubehör (ca. 1929) de la firme ci-dessus, contenant 'Elforit' et d'autres billes de composition: 'Perfecto', 'Recordit' et 'Imitation'.

La technique de fabrication des dernières billes est semblable à celle utilisée pour le celluloïd.

5) Quelques Brunswick Billiard Supply Catalog (U.S.A.) montrent que les billes 'Compo-Ivory' et 'Empire' du début des années 1900, précèdent les billes 'Ivorylene'.

________________________________________________

(*) Voir 'The Illustrated Encyclopedia of Billiards' de SHAMOS Michaël, 1993.
(**) Pour plus de détails, voir STEIN V. et RUBINO P., The Billiard Encyclopedia. An Illustrated History of the Sport. Balkline Press Inc., New York, Etats-Unis, 2008 3ème édition, pp. 236 - 247.


[1] STELLINGA Mark & Connie, Pool & Billiard Collectibles, Ed. Schiffer, Pennsylvenia, Etats-Unis, 2003 1éd., 288 p.
[2] HENIN Aîné, Grande Fabrique de Billes de Billards, Paris, France, ca. 1889, 35 p.
[3] HEURTEBISE André, 3 billes aux reflets tricolores. Ed. Féd. Française, Thionville, France, 1984, page 24.

Crédit:

[i]
The National Museum of American History. Washington. CH*334572. © Smithsonian Institution.

Accueil | Sommaire | Histoire | Je recherche | Recherche dans ce site | Contactez-moi | Liens