Home

 

          Fondation Zambienne

           pour le projet bertram

 




Information

Quatorzième voyage du vendredi 12 mars jusque lundi 5 avril 2010: cliquez ici

 

Cher visiteur de notre site,

Tandis que je suivais le cours de maladies tropicales à l’ « Institut Prince Léopold pour les Maladies Tropicales », à Anvers (Belgique), en 1995-1996, j’avais toujours le bertram (racine de pyrèthre d’Afrique) présent à l’esprit.

Hôpital St.Francis à Katete

Je trouvai à la bibliothèque de ce fameux Institut le « Grand Dictionnaire de la Médecine » de H.R.M. De Haan et W.A.L Dekker, qui citait l’ Anacyclus Pyrethrum comme un poison général contre tous les organismes au sang froid. Je considère le parasite plasmodium comme une sorte de petit poisson dans le sang.

J’allai voir plusieurs professeurs et chercheurs, et je leur demandai de bien vouloir tester la « poudre de bertram » contre la malaria. Mais ils ne s’y intéressèrent pas : les herbes qu’on peut trouver dans la nature sont souvent négligées, voire même désapprouvées par notre médecine moderne occidentale.

Durant 15 ans, je pratiquai la médecine naturelle de Ste Hildegarde, et en vis les merveilleux résultats. En même temps, je pensais particulièrement au bertram, quand j’entendais parler de malaria, de HIV ou de tuberculose. Je dus patienter jusqu’en février 2004.

Entretemps, je trouvai, dans le n° 10 de la revue « Médecine d’Hildegarde » du groupe d’études Hildegarde Bingen, à Constance, fondé par le Dr Gottfried Herztka, un article du Dr Wighard Strelow, concernant le bertram : « Hufeland, le médecin personnel de Goethe, trouvait que le bertram était le meilleur remède pour les fièvres intermittentes.

Je fis le rapprochement avec la malaria. La malaria est la maladie la plus répandue dans le monde. Chaque année, de 1 à 3 millions de personnes meurent de malaria, la plupart sont de jeunes enfants africains ( Principes de médecine interne, de Harrison, 15 ème édition, 2001). C’est la base de cette étonnante herbe/drogue qu’est le bertram. Le lecteur trouvera ci-après un compte-rendu du travail sur le terrain qui est en train de se faire en Zambie ( Afrique Centrale ).

 

>> Premier voyage en Zambie, du 20 février au 2 mars 2004 .

Je voyageais en Zambie avec un ami. Je rendis visite à une infirmière belge, à l’Hôpital St François de KATETE. Le 26 Février 2004, je rencontrai Mr Boston Musonda lors d’un voyage en jeep vers LUSAKA. Je lui expliquai l’utilisation de cette herbe et lui donnai ma dernière boite de bertram. Il l’accepta et me parla de sa famille et de ses projets pour le futur. Nous devînmes tout de suite amis. De retour chez nous, nous restâmes en contact par e-mail, et je lui envoyai du bertram par la Poste, de façon régulière.

>> Deuxième voyage en Zambie, du 12 novembre au 22 novembre 2004 .

Avec Mère Myriam Verheigen-Biesemans ( fondatrice de la Communauté Etoile de David, elle m’avait montré, il y a 15 ans, les études médicales d’Hildegarde ), Mr Musonda distribua, pendant 9 mois le bertram que je lui avais donné (de février à novembre 2004). Nous fûmes accueillis chaleureusement par les habitants de MANSA. Nous leur fîmes des conférences et rendîmes visite aux malades dans leurs maisons.

Un des malades, Christopher, me raconta qu’il avait subi les tests de la malaria +++. Après avoir pris du bertram , on ne trouva plus aucun parasite de la malaria dans son sang. Une femme, Elisabeth, qui était devenue boiteuse parce que malade depuis plus de 5 ans, pouvait marcher de nouveau.

Photo: Christopher (le plus droit) témoigne

Photo: Elisabeth témoigne

Georges, le secrétaire de , pouvait de nouveau lire la Bible après avoir pris du bertram. Boston Musonda, Directeur Général de la Fondation, vit les résultats sur lui-même, ainsi que sur d’autres clients du bertram. On pourra voir plus loin leur témoignage personnel.

Je publie ici le texte original du témoignage de Mr Boston Musonda. Il a expérimenté la poudre de bertram, et son corps reprit des forces après une sérieuse maladie. Il fut si reconnaissant qu’il rejoignit volontairement notre équipe et devint le directeur général de la Fondation en Zambie.

« Moi, Boston Musonda, zambien de nationalité, je suis né le 27 novembre 1973. Depuis ma naissance jusqu’à l’an 2000, je vécus en très bonne santé. C’est vers la fin de l’année 2000 que le problème se déclara. Pendant ce temps, je commençais à ressentir de la fièvre jour après jour. Je pouvais ressentir des douleurs terribles. Je maigris beaucoup et je ressentais une faiblesse dans tout le corps. Cela m’a pris presque 3 ans, depuis le début jusqu’au moment où Dieu envoya le Dr Louis, de Belgique en Afrique, plus précisément en Zambie, Afrique centrale.

Je rencontrai le Dr Louis le 26 février 2004. Il m’a donné à prendre du bertram (racine de pyrèthre d’Afrique). Je réagis en très peu de temps. Quelques autres personnes prirent du bertram, et eux aussi réagirent très bien. C’est depuis ce moment que le Dr Louis envoie du bertram en Zambie. De nombreuses personnes, pauvres, malades, orphelins, ont bénéficié de cette aide généreuse.

Le bertram, et d’autres herbes que le Dr Louis envoie, aident les patients T B , HIV/AIDS , Malaria, etc. Et, à la suite de cet engagement, nous avons fondé une association pour cette même activité de distribution de bertram. C’est pourquoi, au nom du peuple zambien, je recommande vivement cette herbe médicinale naturelle, ainsi que le travail que le Dr Louis effectue en Zambie.

Je suis prêt à donner plus de précisions à tous ceux qui en auraient besoin. Comme je l’écris, tous les clients sont dans l’attente de l’aide du Dr Louis. Si je dois me déplacer, envoyez-moi le billet d’avion et je viendrai parler à tous ceux qui sont intéressés de l’efficacité du bertram. Merci pour votre intérêt. » B.M


Photo:Mr. Boston Musonda et le secrétaire Gershom Kapalaula à Bruxelles mai 2006.

Je peux vous donner aussi une preuve visible : vous pouvez voir sur la photo un homme amené à l’hôpital parce que son corps est trop faible, résultat d’un mal infectieux. Il a bénéficié d’un traitement antirétroviral mais il s’est senti beaucoup mieux quand on lui a donné aussi du bertram. Puis, son corps a recouvré complètement, comme vous pouvez le constater sur la photo. Ceci m’a été raconté par Mr Boston Musonda qui lui a donné le bertram. Je ne puis imaginer meilleur exemple;


Photo: avant et après l'usage de pyrèthre !

La « Fondation Pyrèthe d’Afrique en Zambie” fut fondée par 5 hommes de MANSA, plus Mère Myriam et moi. Nous tînmes notre première Assemblée à l’Auberge Chukwuma, le vendredi 19 novembre 2004. Mais la date officielle de la fondation fut reportée au 21 novembre, parce que c’est une des fêtes de la Vierge Marie.. Le 20 novembre, jour où nous quittâmes MANSA, nous nous arrêtâmes à une station-service. Nous y vîmes un jeune homme en bonne santé. Mr Musonda l’appela et lui demanda de bien vouloir nous montrer une photo de l’époque où il était malade. Nous ne pûmes en croire nos yeux : cet homme était quasi-mort, et il était redevenu bien vivant. C’est un client bertram. Il prît aussi de l’ARV’s, mais c’est seulement après avoir pris du bertram que le compte de CD4 fut atteint. C’est ce que nous dit Boston.

Nous visitâmes aussi l’Hospice "Our Lady's Hospice", à KALINGALINGA. Cet hospice est supervisé par Sr Crusis, le directeur est un zambien.

>> Troisième voyage en Zambie, du 10 décembre au 31 décembre 2004.

A Lusaka, nous avons cherché d’autres pistes, et avons visité un autre hôpital : l’hôpital privé de Teh Mines. Là aussi, il n’y a qu’un médecin pour tout l’hôpital. Nous avons eu une bonne conversation avec lui et lui avons donné une boite de bertram. Puis nous sommes revenus à MANSA et avons retrouvé nos amis.

L’enregistrement officiel de la Fondation est presque prêt. De nouveau, nous avons entendu de belles histoires à propos du bertram. Nous avons eu des problèmes avec un grand paquet de bertram que j’ai envoyé : la pharmacie et le bureau des poisons nous ont demandé plus d’informations. Nous leur avons téléphoné et faxé, tout est rentré dans l’ordre.

Quatrième voyage en Zambie, du 28 février au 14 avril 2005.

But : amener un camping-car de Dar-ès-Salam en Zambie.

Le lundi de Pâques, nous avons eu une réunion générale du BPZF. Mr Boston Musonda et ses amis travaillent dur ! Il y a déjà un bureau dans le bâtiment NAPSA. Il y a aussi une maison de la Bertram Project Zambia Foundation. Cette maison a été appelée Maison de l’Espoir. Nous discutons avec les gens qui attendent. Les zambiens sont très amicaux et reconnaissants. Nous avons pris un repas ensemble, et le rendez-vous pour le lancement a été fixé au 20 juillet. C’est la fête nationale belge : ainsi, nous espérons que des personnes pourront faire facilement le déplacement de Belgique en Zambie.

De retour à LUSAKA, nous avons visité une école, un hospice et des membres des familles. Nous n’arrêtons pas de faire la promotion du bertram. Le camping-car est utilisé pour les déplacements et la promotion du projet. L’Hospice « Mère de Miséricorde », à Chilanga, est un bel exemple : une religieuse très polie nous a fait visiter l’hospice ; « Il y a assez avec 20 lits » dit-elle, cela ressemble donc à une maison. Nous y avons vu une image de la Vierge de Medjugorje, la Gospa, qui semblait nous souhaiter la bienvenue. Cette expérience s’est généralisée : nous sommes très bien accueillis en Zambie.

 

>> Cinquième voyage en Zambie : juillet 2005 .

Au cours du cinquième voyage, nous avons rencontré l'évèque de Mansa et de Ndola.

Photo: Aaron A. Chisha (évèque de Mansa) et Père Daniel Maes

Photo: Dr. Louis Van Hecken et l'évèque de Ndola, Charles Noel O'Regan

Les statuts ont été enregistrés le 12 avril 2005. Pour le moment, j’ai voyagé avec le Père Daniël Maes, cocréateur et responsable de la Communauté Etoile de David (je suis déjà membre de cette communauté depuis 15 ans), et avec Paul Schoofs, un médecin. Le BPZF a maintenant reçu l’agréement du gouvernement zambien en tant qu’ONG (Organisation Non Gouvernementale).

But de ce 5 ème voyage : le lancement officiel du BPZF le 21 juillet 2005, la fête nationale belge n’étant pas la meilleure date pour la liaison entre nos deux pays par les membres de notre Fondation.

Top

  Kinderen van Mansa

 

 

Plaatselijk bestuur
La Mère Miriam avec le team de la Fondation

La fondation compte actuellement 17 personnes, comme;


- secrétaire général Gershom Kapalaula     > wonfount@yahoo.com
- coordinateur Boston Musonda                > musondaboston2004@yahoo.co.uk
- employé signature George Palangwa       > georgepalangwa@yahoo.co.uk

 

Photo: Mr Boston Musonda et mr. Edward Chota (le chauffeur)


Une aide financière de votre part serait très bien accueillie : cela nous permettrait d’aider les personnes malades, de construire un hospice pour les patients en phase terminale, et ainsi, de faire connaître sur place le bertram, et de distribuer la poudre.

>> Sixième voyage en Zambie : de 18 novembre jusqu'au 10 décembre 2005 .

J'ai voyagé cette fois en compagnie de Theo Bos des Pays Bas.

Pendant ce voyage, nous recevons la nouvelle supérieure: le chef Chimese nous offre un domaine pour construire un hospice à Mansa! C'est une grande victoire pour la Fondation.


Photo: Le terrain que nous avons reçu est démarqué.

La prochaine voyage en Zambie: 17 april 2006.


Photo: Promotion du pyrèthre d'Afrique
Soeur Imelda, Soeur Judith et Theo Bos

>Top


Photo: Promotion du pyrèthre d'Afrique
Bertram pour une veuve malade


La veuve


Photo: le chef Chimese nous donne un domaine pour construire un hospice


Photo: le document officiel


Photo: l'architect Jonathan Singolongo fait un plan pour l'hospice


Photo: le jour mondial du sida en 1-12-2005




Photo: Visite chez un malade, Charles, 23 ans.
Nous avons lui donné une boîte de pyrèthre d'Afrique.

>Top

>> Les voyages en 2006 et 2007.

Nous espérons de faire une étude scientifique avec le pyrèthre.

Pour cela il nous faut 100.000 euro. Nous avons déjà 10.000 euro. La plupart donnée par la compagnie Jura à Constance.

Pour construire l’hospice: 250.000 euro. Le plan est dessiné par un architecte de Mansa.


Photo:Le pyrèthre pousse en Zambie.
Nous avions apporté les semences en juillet 2005.


Photo: Une jeune fille avec les jeunes plantes de pyrèthre.

 

>> Dixième voyage en Zambie: de 3 décembre jusqu'au 20 décembre 2007.

Avec infirmier Paul Schoofs

 

>Top

Lundi 3 décembre 2007 .

Visite à l’Institut : “Pharmaceutical Regulatory Authority (PRA)”. La directrice est pharmacienne
Madame Mwale.
Nous offrons toutes les informations scientifiques nécessaires pour obtenir la
licence pour importer le produit anthémis pyrèthre. (Anacyclus pyrethrum) au Zambie. Puis nous
visitons REC, Research Ethics Committee, de l’Université de Zambie. Tout cela est nécessaire
pour la permission de commencer l’étude scientifique.

Madame Chanda nous accueille chaleureusement.
Pour tout ces démarches administratives nous avons payé.

Samedi 8 décembre 2007.

Visite au site. Kelvin a planté des arbres. Un des arbres porte des fleurs comme le lys blanc.


Photo: les moissonneurs


Photo: La chapelle Ste Hildegarde en construction.

Pour finir la chapelle il nous faut encore 7.000 euro.

Lundi 10 décembre 2007.


Photo: Visite du Chief Chimese

Mardi 11 décembre 2007.

Nouvel budget pour l’étude scientifique : 45.000 Euro

Dr. Sulubani, médecin pédiatre qui travaille à l’hôpital de Mansa, aidera avec enthousiasme pour conduire
cette étude importante.

Jeudi 13 décembre 2007.

Visite de l’évêque Aaron Chisha. Il est enthousiaste est nous confirme dans notre mission.

Lundi 17 décembre 2007. Lusaka

Visite à Pharmanova, Mr. Murugappan, un pharmacien Indien.

Nous cherchons une compagnie pour faire des capsules avec une certaine dose de la poudre, avec tout les
renseignements nécessaires, celons les lois du pays. C'est-à-dire en Anglais.

Préparations pour le voyage des deux Zambiens qui sont invité par le Dr. Wighard Strehlow et le
« Förderkreis Hildegard von Bingen » pour le congrès internationale à Constance en avril 2008.
Visite a l’ambassade des pays Bas pour obtenir les visa.

 >Top

Jeudi 20 décembre 2007. Lusaka

Retour en Belgique. Paul reste en Zambie.

 

>> Douzième voyage en Zambie, du 24 novembre au 9 décembre 2008 .

 


La chapelle Ste Hildegarde, le centre du hospice futur


Le premier chalet


Le deuxième chalet


Nous achetons la paille pour la toiture des chalets.


 Dans le magasin de M. Ngossa, nous installons notre premier
point de vente de pyrèthre. La vente peut commencer.


Le jeudi 04 décembre, nous tenons un « workshop »


George donne l'introduction.


La secrétaire de l'évêque nous remet la lettre qui est prêt.
L'évêque A.A. Chisha témoigne sa collaboration complète avec le project.

 

Les membres du projet demandent de l'aide financière pour :

1) acheter propre transport : Toyota Hilux et/ou un camion léger.

2) deux gardiens (au début 25 euros par mois par gardien).

3) les moyens financiers pour la construction du troisième chalet, les trois maisons et le hospice.

4) la location d’un propre lieu dans la ville Mansa pour vendre le pyrèthre.

5)un laptop et desktop

 

Avec remerciements aux amis qui nous aident,

 Et nos meilleurs vœux pour une année 2009 pleine de joie et d’amour,

>Top

Quatorzième voyage : du vendredi 12 mars jusque lundi 5 avril 2010

 

1) La chapelle St.Hildegard


Vue générale sur le site, qui est située à 8 kilomètres du centre de la ville Mansa
Le frère de Boston a semé des haricots.


La chapelle Ste Hildegarde a des fenêtres et des portes.
On mis du plâtre, et câbles pour électricité.




On a mis des beaux carreaux sur le sol

2) La pompe


La pompe marche bien et donne de l’eau potable. Nous sommes tous fiers de cette réalisation.


Le veilleur de nuit, monsieur James Mansabwa, notre premier homme en service,
donne de l’eau à des enfants

3) Nouveaux employés

4) Les trois chalets


Chalet 1 est pour Ronald, un célibataire qui habite maintenant la bas.
Il garde le terrain pendant le jour. Il est aussi le jardinier. Il est grand ami avec Paul.


Chalet 2 est prévu pour Paul.
Derrière le chalet se trouvent les toilettes.


Chalet 3 est prêt à l’extérieur.
Ce chalet est prévu pour moi, ci Dieu le veut.
Pour le moment il sert comme abri pour le veilleur de nuit.

5) les bananiers

6) Distribution de pyrèthre d’Afrique


Kelvin, un collaborateur fidèle de la première heure, nous guide partout.


Ronald, un nouveau membre est très énergique et ami de Paul.



9) Visite au chef Chimese en aux habitants du village

10) 29-03-2010. Visite à l’ Hôpital, Mansa General Hospital.




Le pharmacien nous envoi vers le médecin-directeur Docteur Bwalya.
Et celui-ci nous donne l’avis de contacter le ministre de la santé à Lusaka.
Nous visitons les patients qui souffrent de la tuberculose.


Il y a une partie pour les femmes et une pour les hommes. Chacune a 14 lits.


Une tuberculeuse. Une étude scientifique montre que le pyrèthre est aussi actif contre la bacille de Koch.

 

Pour le développement de l’hospice Ste Hildegarde nous contons sur des dons.

Avec le pyrèthre nous pouvons prévenir la malaria

et fortifier des malades.

Des dons peuvent être versés sur la compte de

 

DISOP vzw

Spastraat, 32

BE-1000 Bruxelles

www.disop.be

KBC N° 430-0836951-26

 IBAN: BE59 4300 8369 5126 BIC: KREDBEBB

mentionner : Projet Pyrèthre en Zambie

Merci !

 

Dr. Louis Van Hecken

BERTRAM PROJECT ZAMBIA FND.

Boerenkrijglaan, 64

B-2450 Meerhout

Belgique

>Top

                                                         .