Biographie

Marie Gillain est née à Rocourt (en Belgique) le 18 juin 1975. Elle a toujours été fascinée par le monde du spectacle. Vers 7-8 ans, elle se déguisait et organisait de petits spectacles avec sa petite soeur Céline et les enfants du village dans "L'atelier Pomme" improvisé dans le grenier. A dix ans, elle écrit une lettre à une fée pour lui demander de réaliser son rêve d'actrice. Adolescente, elle faisait partie de l'atelier d'expression théâtrale pour adolescents "Le Vivier". A quatorze ans, elle tombe sur une annonce dans un hebdomadaire belge pour le film L'Amant de Jean-Jacques Annaud. Elle décide d'envoyer une cassette sur laquelle elle lit un extrait du roman de Marguerite Duras, suite à quoi elle est convoquée pour des essais. Elle n'est pas retenue, mais un an plus tard la directrice de casting la recontacte pour Mon père ce héros. On connaît la suite... Le rôle de Véro, la fille de Depardieu, lui vaudra sa première nomination aux Césars.

Elle tourne ensuite Marie (son unique film belge jusqu'à présent) et le téléfilm Un homme à la mer de Jacques Doillon, tout en terminant ses études secondaires au Collège Saint-Louis à Liège. Puis, pendant quatre mois, elle suit des cours (de chant, de danse, de théâtre, d'acrobaties, et cetera) à l'Ecole du Cirque de Bruxelles, en attendant le tournage de L'Appât de Bertrand Tavernier, qui trouvait pourtant au départ qu'elle avait un visage trop sage et trop bourgeois pour le rôle de la criminelle Nathalie. Le Prix Romy Schneider et la deuxième nomination de Marie pour le César du meilleur espoir féminin prouvent qu'il a fait un bon choix.

Début sur les planches

En 1995, Marie fait ses débuts sur les planches, dans Le Journal d'Anne Frank. Après une cinquantaine de représentations à Lyon, la pièce fait un triomphe à Paris. Ce rôle lui rapportera d'ailleurs une nomination pour la Révélation théâtrale de l'année à la 10ème Nuit des Molières. Avant de partir en tournée en Belgique, elle tourne en Toscane Les Affinités Electives des frères Taviani, présenté hors compétition au 49ème Festival de Cannes.

Après le tournage de Un air si pur en Pologne en 1996, Marie participe à L'Orchestre à la portée des enfants, une série de concerts organisés par les Jeunesses Musicales de Liège et de Bruxelles avec l'Orchestre Philharmonique de Liège dans le but de faire découvrir la musique symphonique aux enfants. Elle y raconte La Boîte à joujoux de Claude Debussy, L'Histoire de Babar de Francis Poulenc et Pierre et le Loup de Serge Prokofiev. Expérience qu'elle renouvellera la saison suivante avec Casse-Noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski, L'apprenti sorcier de Paul Dukas et Ma mère l'Oye de Maurice Ravel. 

En 1997, on retrouve Marie dans Le Bossu, film de cape et d'épée à gros budget. Grâce à son rôle d'Aurore de Nevers, elle se retrouve nommée dans la catégorie Meilleure actrice aux Césars 1998. Après un creux, elle revient dans Le Dîner de Ettore Scola et Le Dernier Harem de Ferzan Ozpetek, présenté dans la sélection Un certain regard à Cannes en mai 1999.

Depuis 1998, Marie fait partie des égeries de Lancôme. Ce contrat lui apporte la sécurité financière qui lui permet de faire des choix plus osés quant aux scénarios. Après avoir tourné avec des réalisateurs confirmés, Marie a tenté l'expérience avec de jeunes réalisateurs: Laissons Lucie faire d'Emmanuel Mouret et Barnie et ses petites contrariétés de Bruno Chiche. Elle semble avoir pris goût à la comédie, car Marie enchaîne avec Absolument fabuleux de Gabriel Aghion. Ensuite, elle interprète un petit rôle dans Laissez-passer de Bertrand Tavernier.

En juin 2002, Marie participe au spectacle Bach au féminin, organisé par la Festival de Wallonie, le croisement de la musique classique et de la chanson de qualité, aux côtés de Maurane, avec qui elle avait déjà chanté en duo dans Nulle part ailleurs en novembre 2000.

Le lundi 12 avril 2004, Marie a mis au monde une petite fille appelée Dune.

Après le cinéma, la chanson?

Quand elle ne tourne pas, Marie apprend l'anglais, profite de sa notoriété pour faire avancer de grandes causes sociales et prend des cours de chant. Il y a quelques années, elle déclarait à 7Extra qu'elle est plutôt une chanteuse de salle de bains. Pourtant, elle a déjà enregistré plusieurs chansons.
Marie est prête à beaucoup pour se glisser dans la peau de ses personnages: apprendre l'escrime (le Bossu), s'enlaidir (Un air si pur), surmonter sa pudeur, apprendre le turc et l'italien (Le dernier harem),... Les grands du cinéma français ne tarissent pas d'éloges sur Marie et elle a à son palmarès de nombreux prix et nominations, mais Marie continue à courir les castings, même américains...