Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
CI 
   Lors pristrent conseil Henris li bailes de l'empire, et li baron qui avec lui estoient; et fu tels lor conseils que il chevaucheroient avant. Si chevauchièrent par deus jors, et se herbergièrent en une mult bele vallée, près d'un chastel que on apele Moniac. Et cil chastiaus lor fu renduz, et y sejornèrent bien par cinq jors, et distrent que il iroient Renier de Trit secore, qui ere dedenz l'Estanemac assis, et i avoit esté bien treize mois enserrez dedenz. Einsi remest Henris li bailes de l'empire en l'ost, et granz partie de sa gent; li remananz ala secore Renier de Trit à l'Estanemac.
   Et sachiez que mult alèrent perilleusement cil qui y alèrent, que on a peu veu de si perilleuse rescousse; et chevauchièrent trois jors parmi la terre à lor anemis. En cele rescosse ala Coenes de Betune, et Joffrois de Vile-Hardoin li mareschaus de Romenie et de Champaigne, et Machaires de Sainte-Manehault, et Miles li Braibanz, et Pierres de Braiecuel, et Païens d'Orléans, et Ansials de Kaeu, et Thierris de Los, et Guillaumes del Perçoi, et une bataille de Veniciens, dont Andrius Valere ere chevetaines. Et einsi chevauchièrent trosque au chastel d'Estanemac, et aprochièrent tant que il virent l'Estanemac.
   Reniers de Trit ere as bailes des murs, et choisi l'avangarde que Joffrois li mareschaus faisoit, et les autres batailles qui venoient après mult ordenéement; et lors ne sot quels genz ce estoient. Et ce ne fu mie merveille se il dota, que grant temps avoit que il n'avoit oï noveles d'eus; et cuida que ce fussent li Grieu qui les venissent asseoir. Joffrois li mareschaus de Romenie et de Champaigne prist Turcoples et arbalestiers à cheval, si les envoia avant por savoir le convine del chastel, que il ne savoient se il estoient mort ou vif, que grant temps avoit que il n'en avoient oï noveles. Et quant cil vindrent devant le chastel, Reniers de Trit et sa mesnie les conurent: bien le povez savoir que il orent grant joie. Lors s'en issirent et alèrent contre lor amis, si firent grant joie li un as autres.
   Et lors se herbergièrent li baron en une mult bone vile qui estoit au pié del chastel, et qui tenoit adès assiegé le chastel. Lors distrent li baron que il avoient maintes foiz oï dire que l'empereres Baudoins ere morz en la prison Johannis, mais il nel créoient mie; et Reniers de Trit dist que por voir ere morz, et il le crurent. Mult i ot de ceus qui en furent dolent; se il le peussent amender! Et einsi jurent la nuit en la ville; et au matin s'en partirent, et guerpirent l'Estanemac. Et chevauchièrent par deus jorz; et au tierz jor vindrent à l'ostHenris, li freres l'empereor, les atendoit souz le chastel de Moniac, qui siet sor le flum d'Arte, où il estoit herbergiez. Mult fu granz joie à ceus de l'ost de Renier de Trit qui ere rescous de prison, et à bien fu atorné à ceus qui l'en amenèrent; car il y alèrent mult perilleusement.

Précédent Table des matières Suivant