Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XCIX 
   Lors prist conseil Henris à ses barons, et li conseils si fu tels que il alassent à la cité de Visoi, qui mult ere bone et forz. Einsi com il disent si le fisent; et vindrent à la cité de Visoi, si se logièrent devant la ville le jor de la veille de la feste monseignor saint Johan Baptiste en juing. Et le jor com il furent logié, vindrent li message d'Andrinople, et distrent à Henri le frere l'empereor Baudoin: «Sire, sache que se tu ne secors la cité del Dimot, que ele ne se puet tenir plus de huit jors; car les pierières Johannis ont abattu le mur en quatre lieus, et ont esté ses gens deus foiz sur les murs.»
   Lors demanda conseil que il feroit. Assez i ot parlé avant et arière, mais la fins del conseil si fu tels que il distrent: «Seignor, nos somes jà tant venu avant, que nos somes honi se nos ne secorons le Dimot. Mais soit chascuns confès et commeniez, et ordenons noz batailles.» Et aesmèrent que il avoient bien quatre cenz chevaliers, et que il n'en avoient mie plus; et mandèrent les messages qui erent venu d'Andrinople, et demandèrent le convine, combien Johanis avoit de gent. Et il respondirent que il avoit bien quarante mil homes à armes, sanz ceus à pié dont il ne savoient le conte.
   Ha! Dieu, com perilleuse bataille de si peu de gent encontre tant! Au matin, le jor de la feste monseignor saint Johan Baptiste, furent tuit confès et commenié, et l'endemain si murent. L'avangarde si fu commandée à Joffroi le mareschal de Romenie et de Champaigne, et Machaires de Sainte-Manehault fu avec. La seconde bataille fist Coenes de Betune et Miles li Brabanz; la tierce, Paiens d'Orléans et Pierres de Braiecuel; la quarte, Ansials de Kaeu; la quinte, Baudoins de Belveoir; la siste, Hues de Belmés; la septisme, Henris li freres l'empereor Baudoin; l'uitisme, Gautiers de Escornai et li Flamenc. Thierris de Los, qui ere seneschaus, fist l'arière garde.
   Lors chevauchièrent tot ordenéement par trois jors; ne onques plus perilleusement genz n'alèrent querre bataille. Car il avoient deus perils: de ce que il estoient peu, et cil estoient assez à cui il aloient combatre; d'autre part, il ne créoient pas les Grieus, à cui il avoient paix faite, que il lor dussent aidier de cuer. Ainz avoient paor que quant vendroit au besoing, que il ne se tornassent devers Johanis, qui avoit le Dimot si aprochié de prendre, com vos avez oï arière.

Précédent Table des matières Suivant