Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XCVIII 
   Quant ce virent li Grieu qui erent en l'ost avec Johannis, qui s'erent à lui rendu et revellé contre les Francs, et il lor abatoit lor chastiaus et lor citez, et nul convent ne lor tenoit, si se tindrent à morz et à traïs. Et parlèrent ensemble, et distrent que aussi feroit-il d'Andrinople et del Dimot quant il repaireroit; et se il ces deus abatoit, dont estoit Romenie perdue à tozjorz. Et pristrent lor messages privéement, si les envoièrent en Constantinople au Vernas. Et li prioient que il criast merci à Henri le frere l'empereor Baudoin et as Veniciens, que il feissent pais à eus, et que il li donassent Andrinople et le Dimot; et li Grieu se torneroient tuit à lui, et einsi porroient bien estre li Grieu et li Franc ensemble. Conseils en fu pris où i ot paroles de maintes manières; mais la fins del conseil fu tele que au Vernas et à l'empereris sa fame, qui ere sœur le roi Phelippe de France, fu otroïe Andrinople et li Dimos, o totes lor apartenances, et il en feroit le service à l'empereor et à l'empire. Einsi fu la convenance faite et assovie, et la paix faite des Grecs et des Francs.
   Johanis li rois de Blaquie et de Bougrie, qui ot sejorné longuement en Romenie, et lou païs gasté trestote le quaresme et après la Pasque grant pièce, si s'en retraist arière vers Andrinople et vers le Dimot, et ot en pensé que il en feroit tot autretel com il avoit fait des autres. Et quant li Grieu virent ce, qui estoient avec lui, qu'il torneroit vers Andrinople, si se comencièrent à embler de lui, et par nuit et par jor, vint, trente, quarante, cent. Et quant il vint là, si lor requist que il le laissassent ausi entrer dedenz, com il avoient fait dedenz les autres. Et il li distrent que il ne feroient, et distrent: «Sire, quant nos nos rendimes à toi, et nos nos revelames contre les Francs, tu nos juras que tu nos garderoies en bone foi et sauveroies. Tu ne l'as pas fait, ains as destruite Romenie; et ausi savons nos bien que tu nos feroies ausi com tu as fait des autres.» Et quant Johannis oït ce, si asist le Dimot, et dreça entor seize pierières granz; et comença engins à faire de mainte manière, et à gaster tot le païs entor.
   Lors pristrent cil d'Andrinople et cil del Dimot lor messages; si les envoièrent en Constantinople à Henri, qui ere bailes de l'empire, et au Vernas, que il secorussent port Dieu le Dimot qui ert assis. Et quant cil de Constantinople oïrent la novele, si pristrent conseil del Dimot secoure. Mult i ot de ceus qui n'osèrent loer que on issist de Constantinople, ne que on si peu que on avoit de la crestienté meist en aventure. Totes voies fut lor conseils tels que il istroient fors, et que il iroient trosque à Salembrie; et enqui fu logiez devant la ville bien par huit jorz. Et de jor en jor li venoient message d'Andrinople, et li mandoient que eust merci d'eus, et que il les secorust; que se il ne les secoroit il estoient perdu enfin.

Précédent Table des matières Suivant