Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XCIV 
   Thierris de Tendremonde, qui chevetaines ere et conestables, fist une chevauchiée au quart jor devant la feste sainte Marie Chandelor; et chevaucha tote nuit bien à six vins chevaliers, et la Rousse laissa garnie à peu de gent. Et quant vint à l'enjornée, si vint à un casalCommain et Blac estoient herbergié; et les sorpristrent, si que il n'en sorent mot qui estoient el casal. S'en ocistrent assez, et gaignerent bien quarante de lor chevaus; et quant il orent fait cel forfait, si tornèrent arrière vers la Rousse.
   En cele nuit meismes, li Commain et li Blac orent chevauchié por forfaire; et furent bien sept mil. Et vindrent à la matinée devant la Rousse, et i furent grant pièce; et la ville ere garnie de peu de gent. Si fermèrent lor portes, et montèrent sur les murs; et cil s'en tornèrent arrière. N'orent mie eslongié la ville plus d'une lieue et demie, quant il encontrèrent la chevauchiée des François dont Thierris de Tendremonde ere chevetaines. Quant li François les virent, si s'ordenèrent en quatre batailles qu'il avoient. Et fu lor conseils tels que il se trairoient à la Rousse tot le petit pas; et se Dieu lor donoit que il i peussent venir, il seroient à sauveté. Et li Commain et li Blac et li Grieu de la terre chevauchièrent vers eus; quar il avoient mult grant gent. Et vienent à l'arière garde; si les comencent à hardoier mult durement. L'arière garde faisoit la maisnie Thierri de Los, qui ere seneschaus et estoit repairiez en Constantinople; et de cele gens ere chevetaines Vilains ses freres. Et li Commain et li Blac et li Grieu les tindrent mult près, et navrèrent mult de lor chevaus. Et fu li huz et la noise granz, si que par vive force et par destrece les fisent heurter sur la bataille Andriu d'Urboise et Johan de Choisi; et einsi alèrent sofrant grant pièce. Et puis se resforcièrent, si que il les fisent heurter sur la bataille Thierri de Tendremonde le conestable. Et ne tarda gaire grantement après qu'il les fisent heurter sor les batailles que Charles del Fraisnes faisoit. Et orent tant alé sofrant, que il virent la Rousse à moins de demie lieue. Et cil adès les tindrent plus près; et fu la noise granz sur eus, et mult i ot de bleciez d'eus et de lor chevaus. Et si com Dieu volt souffrir les aventures, cil ne le porent plus soufrir, ainz furent desconfit; car il furent pesament armé, et lor anemi legièrement; et les comencent à occirre.
   Halas! com doloreus jor ci ot à la crestienté, que de toz les six vins chevaliers, n'en eschapèrent mie plus de dix que tuit ne fussent mort ou pris. Et cil qui en eschapèrent s'en vindrent fuiant à la Rousse, et se recoillirent avec lor genz qui là dedenz estoient. Là fu morz Thierris de Tendremonde li conestables, Oris de l'Isle, qui mult erre bons chevaliers et prisiez, et Johans de Pompone, Andrius d'Urboise, Johans de Choisi, Guis de Covlans, Charles de Fraisne, Vilains li freres Thierri le seneschal. De toz ceus qui là furent mort ou pris ne vos puet toz les noms raconter li livres. Une des graignors dolors et des graignors domages avint à cel jor, et des graignors pitiez qui onques avenist à la crestienté de la terre de Romenie.
   Li Commain et li Grieu et li Blac retornerent arière, qui mult orent fait lor volenté en la terre, et mult gaigné de bons chevaus et de bons haubers. Et ceste mesaventure si avint le jor devant la veille madame sainte Marie Chandelor. Et li remananz qui fu eschapez de la desconfiture, et cil qui estoient à la Rousse, si tost com il fu nuiz, si guerpirent la ville; et s'en alèrent tote nuit fuiant, et vindrent au matin à la cité de Rodestoc.

Précédent Table des matières Suivant