Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XCIII 
   Or lairons de Phinepople et de Renier de Trit, qui ert enserrez el chastel d'Estanemac; si reviendrons à Henri, le frere l'empereor Baudoin, qui ot sejorné à Pamphile trosque à l'entrée de l'iver. Et lors prist conseil à ses homes et à ses barons; et li conseils si fu tels, que il garniroit une cité que on apele la Rousse, qui ere en un mult plantureus lieu, enmi la terre. Et de cele garnison fu chevetaines Thierris de Los qui ere seneschaus, et Thieris de Tendremonde qui ere conestables. Et lor charja bien Henri li bals de l'empire sept vins chevaliers, et grant part de serjanz à cheval; et comanda que il tenissent la guerre contre les Grecs et maintenissent la marche. Et il s'en ala au remanant de sa gent trosque à la cité de Visoi, et la garni; et mist chevetaine Ansel de Kaeu, et li charja bien six vins chevaliers, et serjanz à cheval grant partie. Et une autre cité, qui Archadiople ert apelée, garnirent li Venicien. Et la cité de Naples ot rendue li freres l'empereor Baudoin au Vernas, qui avoit la seror au roi de France à fame, et ere uns Grieus qui se tenoit à eus; et nuls des Grieus ne se tenoit à eus que cil. Et cil de ces citez tindrent la guerre contre les Grieus, et si firent mainte chevauchiée; et on en fist mainte envers eus. Henris se traist en Constantinople au remanant de sa gent.
   Et Johannis li rois de Blaquie et de Bougrie ne s'oblia mie, qui mult fu riches et poesteis d'avoir; ainz porchaça grant gent de Commains et de Blaques. Et quant vint à trois semaines après Noël, si les envoia en la terre de Romenie, por aidier ceus d'Andrinople et ceus del Dimot; et quant cil furent plus creu, si s'esbaudirent et chevauchièrent plus seurement.

Précédent Table des matières Suivant