Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
LXXXIX 
   Henris li freres l'empereor Baudoin de Constantinople, à tant de gent com il mener pot, chevaucha sur les Grieus trosque à une cité que on apele le Churlot, qui est à trois jornées de Constantinople. Cele li fu rendue; et li jurèrent li Grieu la fealté, qui mauvaisement ere tenue à cel temps. Et chevaucha à la cité d'Archadiople, si la trova vuide, que li Grieu ne l'i osèrent atendre. Et d'iqui chevaucha à la cité de Visoi, qui mult ere forz et bien garnie de Grieus; si li fu rendue. Et d'iqui chevaucha à la cté de Naples, qui mult restoit bien garnie de Grieus. Com il les voldrent assaillir, si quisent plait qu'il se rendoient. Endementiers que il queroient plait d'une part, cil de l'ost entroient de l'autre part en la cité, si que Henris li bailes de l'empire, et cil qui parloient del plait, n'en sorent mot; ainz lor en pesa mult. Et li Franc commencent à ocire les Grieus, et à gaigner les avoirs de la ville, et à prendre tot; se en i ot mult de morz et de pris. Et en ceste manière fu prise Naples; et enqui sejorna l'ost par trois jors. Et li Grieu furent si esfreé de ceste occision, que il vuidèrent totes les citez et les chastiaus de la terre, et furent tuit dedenz Andrinople et dedenz le Dimot, qui mult erent forz citez et bones.

Précédent Table des matières Suivant