Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
   Or vos lairons de ceus qui devant Constantinople sunt; si parlerons de ceus qui alèrent as autres porz, et de l'estoire de Flandres qui avoit l'hiver sejorné à Marseille, et furent passé en l'esté en la terre de Syrie tuit; et furent si granz gens que il estoient assez plus que cil qui estoient devant Constantinople. Or oiez quel domages fu, quant il ne furent avec ceus josté, quar toz jorz mais fust la crestientez hauciée. Mais Dieu nel volt por lor pechiez: li un furent mort de l'enfermeté de la terre; li autre tornèrent en lor païs arrière. Onques nul esploit ne firent ne nul bien, là où il alèrent en la terre. Et une compaignie de mult bone gent s'esmut por raler en Antioche au prince Boémont, qui ere princes d'Antioche et cuens de Tripoli, et avoit guerre au roy Lion, qui ere sires des Hermins. Et cele compaignie aloit au prince en soldées; et li Turc del païs le sorent, et lor firent un agait par là où il devoient passer. Et vindrent à eus; si se combatirent et furent desconfit li Franc, que onques nus n'en eschampa qui ne fust ou morz ou pris. Là si fu morz Vilains de Neuilli, qui ert un des bons chevaliers del monde, et Giles de Traisignies, et maint autre; et fu pris Bernarz de Moreuil, et Renaus de Danpierre, et Johans de Vilers, et Guillaumes de Nuilly, qui colpes n'i avoit. Et sachiez que de quatre-vins chevaliers que il avoit en la rote, onques uns n'en eschapa qu'il ne fussent ou mort ou pris. Et bien tesmoigne li livres que onques nus n'eschiva l'ost de Venise, que maus ou honte ne li avenist, et por ce si fait que sages qui se tient devers le mieux.

Précédent Table des matières Suivant