Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XVII 
   L'endemain de la saint Martin issirent de ceus de Jadres, et vindrent parler au duc de Venise qui ere en son paveillon, et li distrent que il li rendroient la cité et totes les lor choses, saufs lor cors, en sa merci. Et li Dux dist qu'il n'enprendroit mie cestui plait ne autre, se par le conseil non as comtes et as barons, et qu'il en iroit à eus parler.
   Endementiers qu'il ala parler as comtes et as barons, icele partie dont vos avez oï arrières, qui voloit l'ost depecier, parlèrent as messages et lor distrent: «Porquoi volez-vos rendre vostre cité? Li pelerin ne vos assailliront mie, ne d'eus n'avez-vos garde. Se vos vos povez defendre des Veniciens, dont estes-vos quite.» Et einsi pristrent un d'eus meismes qui avoit nom Roberz de Bove, qui ala as murs de la ville et lor dist ce meisme. Einsi rentrèrent li message en la ville, et fu li plais remés.
   Li dux de Venise, com il vint as comtes et as barons, si lor dist: «Seignor, einsi me voelent cil de là-dedenz rendre la cité, saufs lor cors, à ma merci, ne je n'enprendroie cestui plait ne autre, se par vostre conseil non.» Et li baron li respondirent: «Sire, nos vos loons que vos le preignez, et si le vos prions.» Et il dist que il le feroit; et il s'en tornèrent tuit ensemble au paveillon le Duc por le plait prendre; et trovèrent que li message s'en furent alé par le conseil à ceus qui voloient l'ost depecier. Et dont se dreça uns abés de Vals de l'ordre de Cistiaus, et lor dist: «Seignor, je vos deffent, de par l'Apostole de Rome, que vos ne assailliez ceste cité; car ele est de crestiens, et vos iestes pelerin.» Et quant ce oï li Dux, si fu mult iriez et destroiz, et dist as comtes et as barons: «Seignor, je avoie de ceste vile plait à ma volonté, et vostre gent me l'ont tolu; et vos m'aviez convent que vos la m'aideriez à conquerre, et je vos semon que vos le faciez.»
   Maintenant li comte et li baron parlèrent ensemble, et cil qui à la lor partie se tenoient, et distrent: «Mult ont fait grant outrage cil qui ont cest plait desfait, et il ne fu onques jorz que il ne meissent paine à ceste ost depecier. Or somes nos honi, se nos ne l'aidons à prendre.» Et il vienent au Duc, et li dient: «Sire, nos le vos aiderons à prendre por mal de ceus qui le vuelent destorner.» Einsi fu li conseils pris; et au matin s'alèrent logier devant les portes de la ville; et si drecièrent lor perrières et lor mangoniaus, et lor autres engins dont il avoient assez; et devers la mer drecièrent les eschieles sor les nefs. Lor comencièrent à jeter les perrières as murs de la ville et as tors. Einsi dura cil assaus bien par cinq jorz; et lor si mistrent lor trencheurs à une tour, et cil comencièrent à trenchier le mur. Et quant cil dedenz virent ce, si quistrent plait autretel com il l'avoient refusé par le conseil à ceus qui l'ost voloient depecier.

Précédent Table des matières Suivant