Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XV 
   Or oïez une des plus granz merveilles et des greignors aventures que vos onques oïssiez. A cel tems, ot un empereor en Constantinople qui avoit à nom Isaac; et si avoit un frere qui avoit à nom Alexes, que il avoit rachaté de prison de Turcs. Icil Alexis si prist son frere l'empereor; si li traist les yeuz de la teste, et se fit empereor en tele traïson com vos avez oï. Einsi le tint longuement en prison, et un suen fil qui avoit nom Alexis. Icil fils si eschapa de la prison, et si s'enfui en un vaissel, trosque à une cité sor mer qui a nom Ancone. D'enqui s'en ala au roi Phelippe d'Alemaigne qui avoit sa seror à fame; si vint à Verone en Lombardie, et herberja en la vile, et trova des pelerins assez et des genz qui s'en aloient en l'ost. Et cil qui l'avoient aidié à eschaper, qui estoient avec lui, li distrent: «Sire, véez-ci un ost en Venise près de nos de la meillor gent et des meillors chevaliers del monde qui vont outremer; quar lor crie merci; que il aient de toi pitié et de ton pere, qui à tel tort iestes desésérité. Et se il te volent aidier, tu feras quanque il deviseront de bouche. Espoir il lor en prendra pitié.» Et il dist que il le fera mult volentiers, et que cis conseils est bons. Einsi prist ses messages; si les envoia au marquis Boniface de Monferrat qui sires ere de l'ost, et as autres barons. Et quant li baron les virent, si se merveillèrent mult, et respondirent as messages: «Nos entendons bien que vos dites; nos envoierons au roi Philippe avec lui, où il s'en va. Se cis nos veult aidier la terre d'outremer à recovrer, nos li aiderons la soe terre à conquerre; que nos savons qu'ele est tolue lui et son pere à tort.» Einsi furent li message envoié en Alemaigne au valet de Constantinople et au roi d'Alemaigne.
   Devant ce que nos vos avons ici conté, si vint une novele en l'ost dont il furent mult dolent lo baron et les autres genz, que messire Folques li bons hom, li sains hom, qui parla premierement des croiz, fina et morut. Et après ceste aventure, lor vint une compagnie de mult bone gent de l'empire d'Alemaigne, dont il furent mult lié.

Précédent Table des matières Suivant