Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XII 
   Einsi s'en ala li cuens Loeys et li autre baron en Venise; et furent receu à grant feste et à grant joie, et se logièrent en l'isle Saint-Nicholas avec les autres. Mult fu li ost bele et de bones genz. Onques de tant de gent nus hom plus belle ne vit; et li Venicien lor firent marchié si plentureus com il convint de totes les choses que il convient à chevaus et à corps d'omes; et li navies que il orent appareillié fu si riches et si bels que onques nus hom crestiens plus bel ne plus riche ne vit, si com de nefs et de galies et de uissiers, bien à trois tanz que il n'eust en l'ost de genz. Ha! com granz domages fu, quant li autre qui alèrent aus autres porz ne vindrent illuec! Bien fust la crestientez hauciée et la terre des Turcs abaissiée! Mult orent bien attendues totes lor convenances li Venicien, et plus assez; et il semonstrent les comtes et les barons les lor à tenir, et que li avoirs lors fust renduz; que il estoient prest de movoir. Porchaciez fu li passages par l'ost; et avoit assez de ceus qui disoient que il ne povoient mie payer lor passage, et li baron en prenoient ce qu'il povoient avoir. Quant il orent quis et porchacié le passage, et quant il orent payé, si ne furent ne en mi ne à sum.
   Et lors parlèrent li baron ensemble et distrent: «Seignor, li Venicien nos ont mult bien attendus noz convenances, et plus assez; mais nos ne somes mie tant de gent que par noz passages payer povons les lor attendre; et ce est par la defaute de ceus qui alèrent aus autres porz. Por Dieu, si mette chascuns de son avoir, tant que nos puissions payer noz convenances; que encore est-il mieuz que nos metons toz noz avoirs ci, que ce que nos perdissions ce que nos i avons mis, et que nos défaillissions de noz convenances; que se ceste ost remaint, la rescousse d'outremer est faillie.»
   Là ot grant discorde de la graindre partie des barons et de l'autre gent, et distrent: «Nos avons payé noz passages; s'il nos en volent mener, nos en irons volentiers; et se il ne vuelent, nos nos porchacerons et irons à autres passages.» Por ce le disoient que il volsissent que li ost se departist, por aler en son païs chascun. Et l'autre partie dist: «Mieux volons nos tot nostre avoir mettre, et aler povre en l'ost, que ce que elle se departist ne faillist; quar Dieu le nos rendra bien quant lui plaira.»
   Lors comence li cuens de Flandre à baillier quanque il ot et quanque il pot enprunter, et li cuens Loeys, et li marquis de Mont-Ferrat, et li cuens Hues de Saint-Pol, et cil qui à la lor partie se tenoient. Lors peussiez veoir tante bele vaissellemente d'or et d'argent porter à l'ostel le duc por faire paiement. Et quant il orent paié, si failli de la convenance trente-quatre mil marcs d'argent; et de ce furent mult lié cil qui lor avoir avoient mis arrière, ne n'i voldrent riens mettre; que lors cuidèrent-il bien que li ost fust faillie et depeçast. Mais Dieu, qui les desconsiliez conseille, ne le volt mie einsi soffrir.

Précédent Table des matières Suivant