Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XI 
   Or vous lairons de ceus, et dirons des pelerins dont granz partie ere jà venue en Venise. Li cuens Baudoins de Flandres i ert jà venus et maint des autres. Là lor vint novele que mult des pelerins s'en aloient par autres chemins à autres porz; et furent mult esmaié, porce que il ne poroient la convenance tenir ne l'avoir paier que il devoient aus Veniciens. Et pristrent conseil entr'eus que il envoieroient bons messages encontre les pelerins, et encontre le comte Loeys de Blois et de Chartein, que n'ere mie encor venuz, por conforter et por crier merci qu'il eussent pitié de la Terre d'outremer, et que autres passages ne povoit nul preu tenir que cil de Venise. A cel message fu esliz li cuens Hues de Saint Pol et Joffrois li mareschaus de Champaigne; et chevauchièrent tresci que à Pavie en Lombardie. Enqui trovèrent le comte Loeys à grant plenté de bons chevaliers et de bones genz. Par lor confort et par lor priere guenchirent genz assez en Venise, qui s'en alassent aus autres porz par autres chemins. Neporquant de Plaisance se partirent unes mult bones genz qui s'en alèrent par autres chemins en Pouille. Là fu Villains de Neuilli, qui ere uns des bons chevaliers del monde, Henris d'Ardillières, Reinarz de Dampierre, Henris de Lonc-Champ, Giles de Traseignies, qui ere hom liges au comte Baudoin de Flandres et de Hennaut; et li avoit doné del suen cinc cenz livres por aler avec lui el voiage. Avec ceus s'en alla mult granz plenté de chevaliers et de serjans dont li nom ne sunt mie en escrit. Mult fu granz descroissement à ceus de l'ost qui en Venise aloient, et eus en avint granz mesaventure, si com vos porrez oïr avant.

Précédent Table des matières Suivant