Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
   Après la Pasque, entor la Pentecoste, encomencièrent à movoir li pelerin de lor païs. Et sachiez que mainte lerme i fu plorée de pitié au departir de lor païs, de lor genz et de lor amis. Einsi chevauchièrent parmi Bourgogne et parmi les monz de Mongeu, et par Moncenis, et par Lombardie; et einsi comencièrent à asembler en Venise, et se logièrent en une isle que on appelle Saint Nicolas enz el port.
   En cel termine mut uns estoire de Flandres par mer où ot mult grant plenté de bone gent armée. De cele estoire si fu chevetaines Johans de Neele, chastelains de Bruges, et Tyerris qui fu fils le comte Phelippe de Flandres, et Nicholes de Mailli. Et cil promistrent le comte Baudoin, et jurèrent sor sains, que il iroient par les detroiz de Marroc, et assembleroient à l'ost de Venise et à lui, en quelque lieu que il orroient dire que il torneroit. Et por ce en envoièrent li cuens et Henris ses freres de lor nefs chargiées de dras et de viande et d'autres choses. Mult fu bele cele estoire et riche, et mult i avoit grant fiance li cuens de Flandres et li pelerin, porce que la plus granz plentez de lor bons serjans s'en alèrent en cele estoire; mais malvaisement tindrent convent à lor seignor et tuit li autre, porce que cist, et maint autre, doutèrent le grant peril que cil de Venise avoient enpris. Einsi lor failli li evesques d'Autun, Guignes li cuens de Forez, et Pierres Bromonz, et autre gent assez qui mult en furent blasmé, et petit esploit firent là où il alèrent. Et des François lor refailli Bernarz de Moruel, Hues de Chaumont, Henris d'Arraines, Johans de Vilers, Gautiers de Saint Denise, Hues ses freres, et maint autre qui eschivèrent le passage de Venise por le grant peril qui i ere, et s'en alerent passer à Marseille; dont il reçurent grant honte, et mult en furent blasmé, et dont granz mesaventure lor en avint puis.

Précédent Table des matières Suivant