Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
IX 
   Einsi vint à un parlement à Soissons qui nomez fu; et illuec fu la granz foisons des comtes et des barons et des croisiez. Com il oïrent que li marquis venoit, si alèrent encontre lui; si l'onorèrent mult. Au matin si fu li parlemenz en un vergier à l'abaïe madame Sainte Marie de Soissons. Enqui requistrent le marquis que il avoient mandé, et li prient por Dieu que il preigne la croiz, et reçoive la seignorie de l'ost, et soit el lieu le conte Thibaut de Champaigne, et preigne son avoir et ses homes. Et l'en chaïrent as piez mult plorant; et il lor rechiet as piez, et dit que il le fera mult volentiers.
   Einsi fist li marquis lor priere, et reçut la seigneurie de l'ost. Maintenant li evesques de Soissons et messire Folques li bons hom, et dui blanc abé que il avoit amené de son païs, l'enmainent à l'église Nostre-Dame, et li atachent la croiz à l'espaule. Einsi fina cis parlemenz; et l'endemain si prist congié por raler en son païs et por atorner son affaire, et dit que chascuns atornast le suen; que il seroit encontre eus en Venise.
   Einsi s'en ala li marquis al chapitre à Cystials, qui est à la sainte Croiz en septembre. Enqui trova mult grant plenté des abez et des barons et des autres genz de Borgoigne; et missire Folques i ala por parler des croiz. Enqui se croisa Oedes li Champenois de Chanlite et Guillaumes ses freres, Richars de Danpierre, Oedes ses freres, Guis de Pesmes, Haimmes ses freres, Guis de Covelans, et maintes bonnes genz de Borgoigne dont li non ne sont mie en escrit. Après se croisa li evesques d'Ostun, Guigues li cuens de Forois, Hues de Bregi li peres et li fils, Hues de Colemi. Aval en Provence, se croisa Pierres Bromonz, et autres genz assez dont nos ne savons pas les noms.
   Ensi s'atornerent parmi totes les terres li pelerin. Halas! con granz domages lor avint, el quaresme après, devant ce que il durent movoir; que li cuens Joffrois del Perche s'acocha de maladie, et fist sa devise en tel maniere que il comanda que Estenes ses freres eust son avoir et menast ses homes en l'ost. De cest eschange se soffrissent mult bien li pelerin, se Dieu volsist. Einsi fina li cuens et morut, don granz domages fu; et bien fu droiz, car mult ere hals ber et honorez, et bons chevaliers. Mult fu granz deuils par tote sa terre.

Précédent Table des matières Suivant