Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
VII 
   Tant chevaucha Joffrois li mareschaus par ses jornées que il vint à Troies en Champaigne, et trova son seignor le comte Tibaut malade et deshaitié; et si fu mult liez de sa venue. Et quant cil li ot contée la novele coment il avoient esploité, si fu si liez qu'il dist qu'il chevaucheroit, ce qu'il n'avoit pieça fait; et leva sus et chevaucha. Alas! com granz domages! car onques puis ne chevaucha que cele foiz. Sa maladie crut et esforça tant que il fit sa devise et son lais; et departi son avoir, que il devoit porter, à ses homes et à ses compaignons, dont il avoit mult de bons (nus hom à cel jor n'en avoit plus). Et si commanda, si com chascuns recevroit son avoir, que il jureroit sur sains l'ost de Venise à tenir, einsi com il l'avoit promis. Mult i ot de cels qui malvaisement le tindrent, et mult en furent blasmé. Une autre partie commanda li cuens de son avoir à retenir por porter en l'ost, et por departir là où en verroit que il seroit mieus emploié. Einsi morut li cuens; et fu uns des homes del monde qui fist plus bele fin. Enqui ot mult grant pueple assemblé de son lignage et de ses homes. Del dueil ne convient mie à parler qui illuec fu faiz; que onques plus granz ne fu faiz por home; et il le dut bien estre, car onques hom de son aage ne fu plus amés de ses homes ne de l'autre gent. Enterrez fu delez son père au moustier de monsegnor Saint Estiene à Troies.

Précédent Table des matières Suivant