Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
VI 
   Quant la messe fu dite, li Dux manda aus messages que il requeissent à tot le pueple humblement que il volsissent que cele convenance fust faite. Li message vindrent el mostier. Mult furent esgardé de maintes genz qui ne les avoient ainc mais veuz. Joffrois de Vile-Hardoin li mareschaus de Champaigne monstra la parole par l'accord et par la volenté aus autres messages, et lor dist: «Seignor, li baron de France li plus haut et li plus poesteif nos ont à vos envoiez; si vos crient merci, que il vos preigne pitié de Jerusalem qui est en servage de Turcs, que vos por Dieu veuilliez lor compaignier à la honte Jesu-Crist vengier. Et por ce vos i ont eslis que il savent que nule genz n'ont si grant povoir, qui sor mer soient, come vos et la vostre genz. Et nos comandèrent que nos vos en chaïssions aus piez, et que nos n'en levissions jusques à tant que vos ariez otroié que vos ariez pitié de la Terre sainte d'outremer.»
    Maintenant li six message s'agenoillent à lor piez mult plorant; et li Dux et tuit li autre s'escrevèrent à plorer de la pitié, et s'escrièrent tuit à une voiz et tendirent lor mains en haut, et distrent: «Nos l'otrions, nos l'otrions!» Enqui ot si grant bruit et si grant noise, que il sembla que terre fondist. Et quant cele granz noise remest, et cele granz pitiez (que onques plus grant ne vit nus hom), li bons Dux de Venise, qui mult ere sages et preuz, monta el leteri, et parla au pueple et lor dist: «Seignor, véez l'onor que Dieus vos a faite; que la meillor genz del monde ont guerpi tote l'autre gent, et ont requis vostre compaignie de si haute chose ensemble faire com de la rescousse Nostre Seignor.»
   Des paroles que li dux dist bones et belles ne vos puis tout raconter; mais ainsi fina la chose que de faire les chartres pristrent à l'endemain jor; et furent faites et devisées. Quant eles furent faites, si fu la chose devisée à conseil que on iroit en Babiloine, por ce que par Babiloine poroient mieuz les Turcs destruire que par autre terre. Et en oïance, fu devisé que il en iroient outremer. Il estoit adonc quaresmes; et de la saint Johan en un an, qui fu mil deus cenz ans et deus après l'incarnation Jesu-Crist, devoient li baron et li pelerin estre en Venise, et li vaissel appareillié.
   Et maintenant envoièrent lor messages l'une partie et l'autre à Rome, à l'apostoile Innocent, pour confirmer ceste convenance; et il le fist mult volentiers. Et alors empruntèrent li message cinc mil marcs d'argent en la vile, et si les baillèrent le Duc por comencier le navile. Ensi pristrent congié por raler en lor païs, et chevauchièrent par lor jornées tant que il vindrent à Plasence en Lombardie. Enqui se partirent: Joffrois li mareschaus de Champaigne et Alarz Makeriaus si s'en alèrent droit en France; et li autre s'en alèrent à Genne et à Pise por savoir quele aïe il feroient à la terre d'outremer.

Précédent Table des matières Suivant