Joffrois de Vile-Hardoin

mareschaus de Champaigne

La croisade de Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
III 
   Après, pristrent li baron un parlement à Soissons por savoir quant il voldroient movoir, et quele part il voldroient torner. A cele foiz ne se purent acorder, porce que il lor sembla que il n'avoient mie encore assés genz croisiés. En tot cel an, ne passa onques deus mois que il n'assemblassent parlement à Compiègne. Enqui furent tuit li conte et li baron qui croisié estoient. Maint conseil i ot pris et doné; mais la fins du conseil si fu tele que il envoieroient messages les meillors que il poroient trover, et donroient plein povoir à eus de faire toutes choses, autretant com li seignor. De ces messages envoia Thiebauz li cuens de Champaigne et de Brie deus; et Baudoins li cuens de Flandres et de Hennaut, deus; et Loys li cuens de Blois, deus. Li message le comte Thebaut furent Joffrois de Vile-Hardoin li mareschaus de Champaigne, et Miles li Braibanz; et li message le comte Baudoin furent Coenes de Betune et Alars Maqueriaus; et li message le comte Loys furent Johans de Friaise et Gautiers de Gaudonvile. Sor ces six si mistrent lor afaire entièrement, en tele manière que il lor baillèrent bones chartes pendanz, que il tiendroient ferme totes les convenances que cil six feroient par toz les porz de mer, en quelque leu que il alassent. Ensi murent li six message com vos avez oï, et pristrent conseil entr'eus; et fu tels lor conseil que en Venise cuidoient trover plus grant plenté de vaisseaux que à nul autre port. Et chevauchièrent par lor jornées tant que il vindrent là la première semaine de quaresme.

Précédent Table des matières Suivant