Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXLV 
   De la voie que il fist à Thunes ne vueil-je rien conter ne dire, pour ce que je n'i fu pas, la merci Dieu! ne je ne vueil chose dire ne mettre en mon livre de quoy je ne soye certeins. Si parlerons de nostre saint roy sanz plus, et dirons ainsi, que après ce que il fu arrivez à Thunes devant le chastel de Carthage, une maladie le prist dou flux dou ventre (et Philippes, ses fiz aisnez, fu malades de fievre carte, avec le flux dou ventre que li roys avoit), dont il acoucha au lit, et senti bien que il devoit par tens trespasser de cest siecle à l'autre.
   Lors appela monsignour Phelippe son fil, et li commanda à garder, aussi comme par testament, touz les enseignemens que il li lessa, qui sont ci-après escrit en françois, lesquels enseignemens li roys escrit de sa sainte main, si comme l'on dist.
   «Biaus fiz, la premiere chose que je t'enseing, si est que tu mettes ton cuer en amer Dieu; car sans ce nulz ne puet estre sauvez. Garde-toy de faire chose qui à Dieu desplaise, c'est à savoir pechié mortel; ainçois devroies soufrir toutes manieres de tormens, que faire mortel pechié.
   «Se Dieus t'envoie adversité, si le reçoif en patience, et en rent graces à Nostre-Signour, et pense que tu l'as deservi, et que il te tournera tout à preu. Se il te donne prosperité, si l'en merci humblement, si que tu ne soies pas pires ou par orgueil ou par autres manieres, dont tu doies mieus valoir; car l'on ne doit pas Dieu de ses dons guerroier.
   «Confesse-toy souvent, et esli confesseur preudome, qui te sache enseignier que tu doies faire et de quoy tu te doies garder; et te doiz avoir et porter en tel maniere, que tes confesserres et ti ami te osient reprenre de tes mesfaiz. Le servise de sainte Esglise escoute devotement et sans truffer; mais pri Dieu et de cuer et de bouche, especialment en la messe, que la consecrations est faite. Le cuer aie douz et piteus aus povres, aus chietis et aus mesaisiés, et les conforte et aide selonc ce que pourras.
   «Maintien les bones coustumes de ton royaume, et les mauvaises abaisse. Ne couvoite pas sus ton peuple, ne le charge pas de toute ne de taille, se ce n'est pour ta grant necessité.
   «Se tu as aucune mesaise de cuer, di-le tantost à ton confesseur, ou à aucun preudome qui ne soit pas pleins de vainnes paroles; si la porteras plus legierement.
   «Garde que tu aies en ta compaignie preudomes et loiaus qui ne soient pas plein de couvoitise, soient religieus, soient seculier, et souvent parle à eus; et fui et eschieve la compaignie des mauvais. Escoute volontiers la parole Dieu et la retien en ton cuer; et pourchace volentiers proieres et pardons. Aime ton preu et ton bien, et hai touz maus où que il soient.
   «Nulz ne soit si hardis devant toy que il die parole qui atraie et esmeuve à peschié, ne qu'i mesdie d'autrui par derieres en detractions; ne ne seuffre que nulle vileinnie de Dieu ne de ses sains soit dite devant toy. Rent graces à Dieu souvent de touz les biens que il t'a faiz, si que tu soies dignes de plus avoir.
   «A justices tenir et à droitures soies loiaus et roides à tes sougiez, sans tourner à destre ne à senestre, mais adès à droit, et soustien la querelle dou povre jeusques à tant que la verités soit desclairie. Et se aucuns a action encontre toy, ne le croi pas jeusques à tant que tu en saches la verité; car ainsi le jugeront ti conseillier plus hardiement selon verité, pour toy ou contre toy.
   «Se tu tiens riens de l'autrui, ou par toy ou par tes devanciers, se c'est chose certeinne, rent-le sanz demourer; et se c'est chose douteuse, fai-le enquerre, par saiges gens, isnellement et diligenment.
   «A ce dois mettre t'entente comment tes gens et ti sougiez vivent en paiz et en droiture desouz toy. Meisment les bones villes et les communes de ton royaume garde en l'estat et en la franchise où ti devancier les ont gardées; et se il y a aucune chose à amender, si l'amende et adresce, et les tien en faveur et en amour; car par la force et par les richesces des grosses villes, douteront li privé et li estrange de mespenre vers toi, especialment ti per et ti baron.
   «Honneure et aime toutes les personnes de sainte Esglise, et garde que on ne leur soustraie ne apetise leur dons et leur aumosnes que ti devancier leur auront donné. L'on raconte dou roy Phelippe, mon aïeul, que une foiz li dist uns de ses conseilliers que mout de tors et de forfaiz li fesoient cil de sainte Esglise, en ce que il tolloient ses droitures et apetissoient ses justices; et estoit mout grans merveille comment il le souffroit. Et li bons roys respondi que il le créoit bien; mais il regardoit les bontés et les courtoisies que Dieus li avoit faites: si vouloit mieus lessier aler de son droit, que avoit contens à la gent de sainte Esglise.
   «A ton pere et à ta mere porte honneur et reverence, et garde leur commandemens. Les benefices de sainte Esglises donne à bones personnes et de nette vie, et si le fai par conseil de preudomes et de nettes gens.
   «Garde-toy de esmouvoir guerre, sant grant conseil, contre home crestien; et se il te le couvient faire, si garde sainte Esglise et ceus qui riens n'i ont mesfait. Se guerres et contens meuvent entre tes sougiez, apaise-les au plus tost que tu pourras.
   «Soies diligens d'avoir bons prevos et bons baillis, et enquier souvent d'aus et de ceus de ton hostel, comme il se maintiennent, et se il a en eus aucun vice de trop grant couvoitise, ou de fausseté, ou de tricherie. Travaille toi que tuit vilain pechié soient osté de la terre; especialment vileins seremens et heresie fai abatre à ton pooir. Pren-te garde que li despens de ton hostel soient raisonnable.
   «Et en la fin, très-douz fiz, que tu faces messes chanter pour m'ame et oroisons dire par tout ton royaume; et que tu m'otroies especial part et planiere en touz les biens que tu feras. Biaus chiers fiz, je te doing toutes les benéissons que bons peres puet donner à fil. Et la benoite Trinité et tuit li saint te gardent et deffendent de touz maus; et Dieus te doint grace de faire sa volenté touzjours, si que il soit honorez par toy, et que tu et nous puissions, après ceste mortel vie, estre ensemble avec li, et li loer sans fin. Amen.»

Précédent Table des matières Suivant