Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXLII 
   Dès le tens de s'enfance, fu li roys piteus des povres et des souffraiteus; et acoustumé estoit que li roys, partout où il aloit, que six vins povre fussent tout adès repeu, en sa maison, de pain, de vin, de chair ou de poisson, chascun jour. En quaresme et es avents croissoit li nombres des povres; et plusieurs fois avint que li roys les servoit, et leur metoit la viande devant eus, et leur donnoit au departir, de sa propre main, des deniers.
   Meismement aus hautes vigiles des festes solempneles, il servoit ces povres de toutes ces choses desus dites, avant que il mangeast ne ne beust. Avec toutes ces choses, avoit-il chascun jour au disner et au souper près de li anciens homes et debrisiés, et leur fesoit donner tele viande comme il mangeoit; et quant il avoient mangié, il emportoient certeinne somme d'argent.
   Par desus toutes ces choses, li roys donnoit chascun jour si grans et si larges aumosnes aus povres de religion, aus povres hospitaus, et aus povres gentilshomes et fames et damoiselles, à femmes decheues, à povres femmes veuves et à celles qui gisoient d'enfant, et à povres menestriers qui par veillesce ou par maladie ne povoient labourer ne maintenir lour mestier, que à peinne porroit l'on raconter le nombre. Dont nous povons bien dire que il fu plus bienaereus que Titus li emperieres de Rome, dont les anciennes escriptures racontent que trop se dolut et fu desconfortez d'un jour que il n'avoit donnez nul benefice.
   Dès le commencement que il vint à son royaume tenir et il se sot apercevoir, il commença à edefier moustiers et plusours maisons de religion, entre lesqueles l'abbaye de Royaumont porte l'onour et la hautesce. Il fist edefier plusours maisons-Dieu: la maison-Dieu de Paris, celle de Pontoise, celle de Compiengne et de Vernon, et lour donna grans rentes. Il fonda l'abbeye de Saint-Mathé de Roan, où il mist femmes de l'ordre des freres Preescheours; et fonda celle de Loncchamp, où il mist femmes de l'ordre des freres Menours, et lour donna grans rentes pour elles vivre.
   Et otroia à sa mere à fonder l'abbaye dou Liz delez Meleun-sur-Seinne, et celle delez Pontoise, que l'on nomme Malbisson, et puis lour donna grans rentes et possessions. Et fist faire la maison des Aveugles delez Paris, pour mettre les povres aveugles de la cité de Paris; et lour fist faire une chapelle pour oyr lour servise Dieu. Et fist faire li bons roys la maison des Chartreux, au dehors de Paris, qui a nom Vauvert, et assigna rentes souffisanz aus moynes qui illec estoient, qui servoient Nostre-Signour.
   Assés tost après, il fist faire une autre maison au dehors Paris, au chemin de Saint-Denis, qui fu appelée la maison aus Filles Dieu; et fist mettre grant multitude de femmes en l'ostel, qui par povreté s'estoient mises en pechié de luxure, et leur donna quatre cens livrées de rentes pour elles vivre et commanda que on y receust celles qui voudroient faire contenance à vivre chastement.
   Aucun de ses familiers groussoient de ce que il fesoit si larges aumosnes, et que il y despendoit mout; et il disoit: «Je aim mieus que li outraiges de grans despens que je faiz, soit fais en aumosne pour l'amour de Dieu, que en bobant ne en vainne gloire de ce monde.» Jà pour les grans despens que li roys fesoit en aumosne, ne lessoit-il pas à faire grans despens en son hostel, chascun jour. Largement et liberalment se contenoit li roys aus parlemens et aus assemblées des barons et des chevaliers; et fesoit servir si courtoisement à sa court, et largement et habandonnément, et plus que il n'i avoit eu lonc temps passé à la court de ses devanciers.

Précédent Table des matières Suivant