Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXXXIX 
   Il me demanda se je lavoie les piés aus povres le jeudi absolu; et je li respondi que nanin, que il ne me sembloit pas bien. Et il me dist que je ne le devoie pas avoir en despit, car Dieus l'avoit fait. «Car mout envis feriés ce que li roys d'Angleterre fait, qui lave les piez aus mesiaus et baize.»
   Avant que il se couchast en son lit, il fseoit venir ses enfans devant li, et leur recordoit les faiz de bons roys et de bons empereurs, et leur disoit que à tels gens devoient-il prendre exemple. Et leur recordoit aussi les faiz des mauvais riches homes qui, par leur luxure et par leur rapines et par leur avarice, avoient perdus leur royaumes. «Et ces choses, fesoit-il, vous ramentoif-je, pour ce que vous vous en gardez, par quoy Dieus ne se courousse à vous.» Leur heures de Nostre Dame leur fesoit aprendre, et leur fesoit dire devant li leur heures du jour, pour eus acoustumer à oïr leur heures quant il tiendroient leur terres.
   Li roys fu si larges aumosniers, que partout là où il aloit en son royaume, il fesoit donner aus povres esglises, à maladeries, à maisons-Dieu, à hospitaus, et à povres gentis homes et gentis femmes. Touz les jours il donnoit à mangier à grant foison de povres, sans ceus qui mangeoient en sa chambre; et maintes foiz vi que il meismes leur tailloit leur pain et donnoit à boivre.
   De son tens furent édefiées plusieurs abbaïes: c'est à savoir Royaumons, l'abbaïe de Saint-Antoine delez Paris, l'abbaïe du Liz, l'abbaïe de Malbuisson, et plusieurs autres religions de Preescheurs et de Cordeliers. Il fist la maison-Dieu de Pontoise, la maison-Dieu de Vernon, la maison des Aveugles de Paris, l'abbaïe des Cordelières de Saint-Clou, que sa sœur madame Ysabiaus fonda par son octroi.
   Quant aucuns benefices de sainte Esglise eschéoit au roy, avant que il le donnast il se conseilloit à bones persones de religion et d'autres; et quant il s'estoit conseilliez, il lour donnoit les benefices de sainte Esglise en bone foy, loialment et selonc Dieu. Ne il ne vouloit nul benefice donner à nul cler, se il ne renonçoit aus autres benefices des esglises que il avoit. En toutes les villes de son roiaume là où il n'avoit onques esté, il aloit aus Preescheurs et aus Cordeliers, se il en y avoit nulz, pour requerre lour oroisons.

Précédent Table des matières Suivant