Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXXXIV 
   Li roys s'en vint par la contée de Provence jusques à une cité que on appele Ays en Provence, là où l'on disoit que li cors à Magdeleinne gisoit; et fumes en une voute de roches mout haute, là où l'on disoit que la Magdeleinne avoit esté en hermitaige dix-sept ans. Quant li rois vint à Biaukaire, et je le vi en sa terre et en son povoir, je pris congié de li, et m'en ving par la daufine de Viennois ma nice, et par le conte de Chalon mon oncle, et par le conte de Bourgoingne son fil.
   Et quant j'oi une piesce demouré à Joinville et je oy faites mes besoignes, je me muz vers le roy, lequel je trouvai à Soissons; et me fist si grant joie que tuit cil qui là estoient s'en merveillierent. Illec trouvai le conte Jehan de Bretaigne, et sa femme la fille le roy Tybaut, qui offri ses mains au roy de tel droiture comme elle devoit avoir en Champaingne; et li roys l'ajourna au parlement à Paris, et le roy Thybaut de Navarre le secont qui là estoit, pour aus oyr et pour droit faire aus parties.
   Au parlement vint li roys de Navarre et ses conseils, et li cuens de Bretaingne aussi. A ce parlement, demanda li roys Thybaus madame Ysabel, la fille le roy, pour avoir à femme. Et les paroles que nos gens de Champaigne menoient par dariere moy, pour l'amour que il orent veue que li roys m'avoit moustrée à Soissons, je ne lessai pas pour ce que je ne venisse au roy de France pour parler dou dit mariaige. «Alez, dist li roys, si vous apaisiés au conte de Bretaingne, et puis si ferons nostre mariaige.» Et je li dis que pour ce ne devoit-il pas lessier. Et il me respondi que à nul fuer il ne feroit le mariaige jeusques à tant qua la paiz fust faite, pour ce que l'on ne deist que il mariast ses enfans ou desheritement de ses barons.
   Je reportai ces paroles à la royne Marguerite de Navarre et au roy son fil, et à lour autre consoil; et quant il oïrent ce, il se hasterent de faire la paiz. Et après que la paiz fu faite, li roys de France donna au roy Thybaut sa fille; et furent les noces faites à Melun grans et plenieres; et de là l'amena li roys Thybaus à Provins, là où la venue fu faite à grant foison de barons.

Précédent Table des matières Suivant