Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXXIV 
   De ce péril, dont Dieus nous ot eschapez, entrames en un autre; car li vens qui nous avoit flatis sus Cypre, là où nous deumes estre noié, leva si forz et si orribles, car il nous batoit à force sus l'ille de Cypre; car li marinier getèrent leur ancres encontre le vent, ne onques la nef ne porent arester tant que il en y orent aporté cinq. Les parois de la chambre le roy convint abattre, ne il n'avoit nullui leans qui y osast demourer, pour ce que li vens ne les enportast en la mer. En ce point li connestables de France, mes sires Giles li Bruns, et je, estions couchié en la chambre le roy; et en ce point la royne ouvri l'uis de la chambre, et cuida trouver le roy en la seue. Et je li demandai qu'elle estoit venue querre: elle dist qu'elle estoit venue parler au roy, pour ce que il promeist à Dieu aucun pelerinaige, ou à ses sains, par quoy Dieus nous delivrast de ce peril-là où nous estions; car li marinier avoient dit que nous estions en péril de noier. Et je li diz: «Dame, prometés la voie à monseigneur saint Nicholas de Warangeville, et je vous suis pleges pour li que Dieus vous ramenra en France, et le roy et vos enfans. — Seneschaus, fist-elle, vraiement je le feroie volentiers; mais li roys est si divers que se il savoit que je l'eusse promis sanz li, il ne m'i lairoit jamais aler. — Vous ferez une chose, que se Dieus vous rameinne en France, que vous li prometterés une nef d'argent de cinq marcs, pour le roy, pour vous et pour vos trois enfans; et je vous sui pleges que Dieus vous ramenra en France; car je promis à saint Nicholas que se il nous reschapoit de ce peril là où nous avions la nuit esté, que je l'iroie requerre de Joinville à pié et deschaus.» Et elle me dist que la nef d'argent de cinq marcs que elle la prometoit à saint Nicholas, et me dist que je l'en fusse pleges; et je li dis que si seroie je mout volentiers. Elle se parti de illec, et ne tarda que un petit; si revint à nous et me dist: «Saint Nicholas nous a garantis de cest péril, car li vens est cheus.»
   Quant la royne (que Dieus absoille!) fu revenue en France, elle fist faire la nef d'argent à Paris. Et estoit en la nef li roys, la royne, et li troi enfans, tuit d'argent; li mariniers, li mas, li gouvernaus et les cordes, tuit d'argent; et li voiles tous cousus à fil d'argent. Et me dist la royne que la façons avoit cousté cent livres. Quant la nef fu faite, la roynela m'envoia à Joinville pour faire conduire jusques à Saint-Nicholas, et je si fis.

Précédent Table des matières Suivant