Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
CXVI 
   Tandis que li roys fermoit Sayete, vindrent à li li messaige à un seigneur de la parfonde Grece, liquel se fesoit appeler le grant Commenie et signeur de Trafentesi. Au roy apporterent divers joiaus à présent.
   Au roy requistrent que il li envoiast une pucelle de son palais, et il la prendroit pour femme. Et li roys respondi que il n'en avoit nulles amenées d'outre mer; et leur loa que il alassent en Constantinople à l'empereur, qui estoit cousins le roy, et li requeissent que il leur baillast une femme pour leur seigneur, tele qui fust du lignaige le roy et du sien, Et ce fist-il, pour ce que li empereres eust aliance à cestui grant riche home contre Vatache, qui lors estoit empereres des Grieus.
   La royne, qui nouvelement estoit relevée de dame Blanche, dont elle avoit géu à Jaffe, arriva à Sayette; car elle estoit venue par mer. Quant j'oy dire qu'elle estoit venue, je me levay de devant le roy et alai encontre li, et l'amenai jusques ou chastel.
   Et quant je reving au roy, qui estoit en sa chapelle, il me demanda se la royne et li enfant estoient haitié; et je dis oyl. Et il me dist: «Je soy bien quant vous vous levastes de devant moy, que vous aliés encontre la royne; et pour ce je vous ai fait atendre au sermon.» Et ces choses vous ramentois-je, pour ce que j'avoie jà esté cinq ans entour li, que encore ne m'avoit-il parlé de la royne ne de ses enfans, que je oïsse, ne à autrui; et ce n'estoit pas bonne maniere, si comme il me semble, d'estre estrange de sa femme et de ses enfans.

Précédent Table des matières Suivant