Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XCVII 
   Tandis que li roys fermoit Cezaire, vint à li messires Nargoes de Toci. Et disoit li roys que il estoit ses cousins, car il estoit descendus d'une des serours le roy Phelippe, que li emperieres meismes ot à femme. Li roys le retint, li disiesme de chevaliers, un an; et lors s'en parti, si s'en rala en Constantinnoble, dont il estoit venus. Il conta au roy que li emperieres de Constantinnoble, il et li autre riche home qui estoient en Constantinnoble lors, s'estoient alié à un peuple que l'on apeloit Commains, pour ce que il eussent lour aide encontre Vatache, qui lors estoit emperieres des Grieus.
   Et pour ce que li uns aidast l'autre de foy, couvint que li emperieres et li autre riche home qui estoient avec li, se seingnissent et meissent de lour sanc en un grant hanap d'argent. Et li roys des Commains et li autre riche home qui estoient avec li, refirent ainsi, et mellerent lour sanc avec le sang de nostre gent, et tremperent en vin et en yaue, et en burent, et nostre gent aussi; et lors si distrent que il estoient frere de sanc. Encore firent passer un chien entre nos gens et la lour, et descoperent le chien de lour espées, et nostre gent aussi; et distrent que ainsi fussent-il decopé se il failloient li uns à l'autre.
   Encore nous conta une grant merveille, qu'il vit tandis que il estoit en lour ost: que uns riches chevaliers estoit mors, et li avoit l'on fait une grant fosse et large en terre, et l'avoit l'on assis mout noblement et paré en une chaere; et li mist l'on avec li le meillour cheval que il eust et le meillour sergent, tout vif. Li serjans, avant que il fust mis en la fosse avec son signour, il print congié au roy des Commains et aus autres riches signours; et au penre congié que il fesoit à eus, il li metoient en escharpe grant foison d'or et d'argent, et li disoient: «Quant je venrai en l'autre siecle, si me rendras ce que je te bail.» Et il disoit: «Si ferai-je bien volentiers.»
   Li grans roys des Commains li bailla unes lettres qui aloient à lour premier roi, que il li mandoit que cil preudom avoit mout bien vescu et que il l'avoit mout bien servi, et que il li guerredonnast son servise. Quant ce fu fait, il le mistrent en la fosse avec son signour et avec le cheval tout vif; et puis lancierent sur le pertuis de la fosse planches bien chevillies, et touz li os courut à pierres et à terre; et avant que il dormissent, orent-il fait, en remembrance de ceus que il avoient enterré, une grant montaingne sur eus.

Précédent Table des matières Suivant