Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XC 
   Dedans la quinzeinne revindrent le messaige le Vieil en Acre, et apportèrent au roy la chemise du Vieil; et distrent au roy, de par le Vieil, que c'estoit senefiance que aussi comme la chemise est plus près du cors que nus autres vestemens, aussi veut li Vieus tenir le roy plus près à amour que nul autre roy. Et il li envoia son anel, qui estoit de mout fin or, là où ses noms estoit escris; et li manda que par son anel respousoit-il le roy; que il vouloit que dès lors en avant fussent tuit un.
   Entre les autres joiaus que il envoia au roy, li envoia un oliphant de cristal mout bien fait, et une beste que l'on appelle orafle, de cristal aussi, pommes de diverses manières de cristal, et jeuz de table et de eschiez; et toutes ces choses estoient fleuretées de ambre, et estoit li ambres liez que le cristal à beles vignetes de bon or fin. Et sachiez que si tost comme li messaige ouvrirent leur escrins là où ces choses estoient, il sembla que toute la chambre fust embausmée, si souef floroient.
   Li roys renvoia ses messaiges au Vieil, et li renvoia grant foison de joiaus, escarlates, coupes d'or et frain d'argent; et avecques les messaiges y envoia frère Yve le Breton, qui savoit le sarrazinnois. Et trouva que li Vieus de la Montaingne ne creoit pas en Mahommet, ainçois creoit en la loy de Haali, qui fu oncles Mahommet. Cis Haalis mist Mahommet en l'oneur là où il fu; et quant Mahommez se fu mis en la seigneurie du peuple, si despita son oncle, et l'esloingna de li. Et Haalis, quant il vit ce, si trait à li du peuple ce que il pot avoir, et leur aprist une autre creance que Mahommez n'avoit enseigniée: dont encore il est ainsi, que tuit cil qui croient en la loy Haali, dient que cil qui croient en la loy Mahommet sont mescréant; et aussi tuit cil qui croient en la loy Mahommet, dient que tuit cil qui croient en la loy Haali sont mescréant.
   Li uns des poins de la loy Haali est que, quant uns hom se fait tuer pour le commandement son seigneur, que l'ame de li va en plus aisié cors qu'elle n'estoit devant; et pour ce ne font force li Assacis d'eus faire tuer quant leur sires leur commande, pour ce que il croient que il seront assez plus aise, quant il seront mort, que il n'estoient devant. Li autres poins si est tel, que il croient que nulz ne puet mourir que jusques au jour que il li est jugié; et ce ne doit nulz croire, car Dieus a povoir d'alongier nos vies et d'acourcir. Et en cesti point croient li Beduin: et pour ce ne se vueulent armer quant il vont ès batailles, car il cuideroient faire contre le commandement de leur roy. Et quant il maudient leur enfans, si dient: «Ainsi maudis soies-tu comme li Frans, qui s'arme pour poour de mort.»
   Freres Yves trouva un livre, au chevet dou lit au Vieil, là où il avoit escrit plusieurs paroles que Nostre Sires dist à saint Pierre, quant il aloit par terre. Et frères Yves li dist: «Ha! pour Dieu, sire, lisiés souvent ce livre; car ce sont trop bones paroles.» Et il dist que si fesoit il: «Car j'ai mout chier mon signour saint Pierre; car en l'encommencement du monde, l'ame de Abel, quant il fu tuez, vint au cors de Noé; et quant Noés fu mors, si revint au cors de Habraham; et du cors Habraham, quant il mourut, vint au cors saint Pierre quant Dieus vint en terre.» Quant frères Yves oï ce, il li monstra que sa creance n'estoit pas bonne, et li enseigna mout de bones paroles; mais il ne le vout croire. Et ces choses monstra frères Yves au roy, quant il fu revenus à nous.
   Quant li Vieus chevauchoit, il avoit un crieur devant li qui portoit une hache danoise à lonc manche couvert tout d'argent, atout plein de couteaus ferus ou manche, et crioit: «Tournés-vous de devant celi qui porte la mort des roys entre ses mains.»

Précédent Table des matières Suivant