Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
LXXXIX 
   Tandis que li roys demouroit en Acre, vindrent li messaige au Vieil de la Montaingne à li. Quant li roys revint de sa messe, il les fist venir devant li. Li roys les fist asseoir en tele manière, que il avoit un amiral devant, bien vestu et bien atourné; et darières son amiral avoit un bachelier bien atourné, qui tenoit trois couteaus en son poing, dont li uns entroit au manche de l'autre; pour ce que se li amiraus eust esté refusez, il eust presenté au roy ces trois couteaus pour li deffier. Darière celi qui tenoit les trois couteaus, avoit un autre qui tenoit un bouqueran entorteillié entour son bras, que il eust aussi présenté au roy pour li ensevelir, se il eust refusée la requeste au Vieil de la Montaigne.
   Li roys dist à l'amiral que il li deist sa volenté; et li amiraus li bailla unes lettres de creance, et dist ainsi: «Mes sires m'envoie à vous demander se vous le cognoissiés.» Et li roys respondi qu'il ne le cognoissoit point, car il ne l'avoit onques veu; mais il avoit bien oy parler de li. «Et, quant vous avez oy parler de mon seigneur, dist li amiraus, je me merveil mout que vous ne li avez envoié tant du vostre que vous l'eussiez retenu à ami, aussi comme l'emperieres d'Alemaingne, li roys de Honguerie, li soudans de Babiloine et li autre li font tous les ans, pour ce que il sont certein que il ne peuvent vivre mais que tant comme il plaira à mon seigneur. Et se ce ne vous plait à faire, si le faites aquitier du treu que il doit à l'Ospital et au Temple, et il se tiendra apaiez de vous.» Au Temple et à l'Ospital il rendoit lors treu, pour ce que il ne doutoient riens des Assacis, pour ce que li Vieus de la Montaingne n'i puet riens gaaignier se il fesoit tuer le maistre du Temple ou de l'Ospital; car il savoit bien que se il en feist un tuer, l'on y remeist tantost un autre aussi bon. Et pour ce ne vouloit il pas perdre les Assacis en lieu là où il ne puet riens gaaingnier. Li rois respondi à l'amiral que il revenist à la relevée.
   Quant li amiraus fu revenus, il trouva que li rois seoit en tel manière, que li maistres de l'Ospital li estoit d'une part, et li maistre du Temple d'autre. Lors dist li roys que il li redeist ce que il li avoit dit au matin; et il dist que il n'avoit pas conseil du redire, mais que devant ceus qui estoient au matin avec le roy. Lors distrent li dui maistre: «Nous vous commandons que vous le dites.» Et il leur dist que il le diroit, puis que il le commandoient. Lors li firent dire li dui maistre en sarrazinnois, que il venist l'endemain parler à eus en l'Ospital; et il si fist.
   Lors li firent dire li dui maistre que mout estoit hardis ses sires, quant il avoit osé mander au roy si dures paroles; et li firent dire que, se ne fust pour l'honneur dou roy, en quel messaige il estoient venu, que il les feissent noier en l'orde mer d'Acre, en despit de leur signour. «Et vous commandons que vous en ralez vers vostre seigneur, et dedens quinzainne vous soiés ci-arière, et apportez au roy teles lettres et tels joiaus, de par vostre seigneur, dont li roys se teingne apaiez et que il vous en sache bon gré.»

Précédent Table des matières Suivant