Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
LXXXVIII 
   Jehans li Ermins, qui estoit artilliers le roy, ala à Damas pour acheter cornes et glu pour faire arbalestres; et vit un vieil home, mout ancien, seoir sur les estaus de Damas. Cis vieus hom l'apela et li demanda se il estoit crestiens; et il dist oyl. Et il li dist: «Mout vous devez haïr entre vous crestiens; que j'ai veu tel fois que li roys Baudouins de Jerusalem, qui fu mesiaus, desconfist Salehadin; et n'avoit que trois cens homes à armes, et Salehadin trois milliers; or estes tellement mené par vos péchiés, que nous vous prenons aval les champs comme bestes.»
   Lors li dist Jehans li Ermins que il se devoit bien taire des péchiez aus crestiens, pour les péchiez que li Sarrazin fesoient, qui mout sont plus grant. Et li Sarrazins respondi que folement avoit respondu. Et Jehans li demanda pourquoy. Et il li dist que il li diroit, mais il li feroit avant une demande. Et il demanda se il avoit nul enfant. Et il li dist: «Oyl, un fil.» Et il li demanda duquel il li anuieroit plus, se on lui donnoit une bufe, ou de li ou de son fil. Et il li dist que il seroit plus courouciez de son fil, se il le feroit, que de li. «Ore te faiz, dist li Sarrazins, ma response en tel maniere: que entre vous crestiens estes fil de Dieu, et de son nom de Crist estes appelé crestien; et tele courtoisie vous fait qu'il vous a bailliez enseignours, par quoy vous congnoissiés quant vous faites le bien et quant vous faites le mal. Dont Dieus vous sait pejor gré d'un petit péchié, quant vous le faites, que il ne fait à nous d'un grant, qui n'en cognoissons point, et qui sommes si aveugle que nous cuidons estre quite de tous nos péchiez se nous nous povons laver en eau avant que nous mourions, pour ce que Mahommez nous dit à la mort que par eau serions sauf.»
   Jehans li Ermins estoit en ma compangnie, puis que je reving d'outre mer, que je m'en aloie à Paris. Aussi comme nous mangions en paveillon, une grans tourbe de povres gens nous demandoient pour Dieu, et fesoient grant noise. Uns de nos gens, qui là estoit, commanda et dist à un de nos vallez: «Lieve sus, et chace hors ces povres. — A! fist Jehans li Ermins, vous avez trop mal dit; car se li roys de France nous envoioit maintenant par ses messaiges à chascun cent mars d'argent, nous ne les chacerions pas hors; et vous chaciés ceus envoiez qui vous offrent qu'il vous donront quanque l'on vous puet donner: c'est à savoir que il vous demandent que vous leur donnez pour Dieu, c'est à entendre que vous leur donnez du vostre, et il vous donront Dieu. Et Dieus le dist de sa bouche, que il ont povoir de li donner à nous; et dient li saint que li povre nous peuvent acorder à li en tel manière que, ainsi comme l'eau estaint le feu, l'aumosne estaint le péchié. Si ne vous avieigne jamais, dist Jehans que vous chaciés les povres ainsi; mais donnés leur, et Dieus vous donra.»

Précédent Table des matières Suivant