Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
LXXIX 
   Tandis que li roys atendoit la delivrance de son frere, envoia li roys frere Raoul, le frere preescheur, à un amiral qui avoit à nom Faracataie, l'un des plus loiaus Sarrazins que je veisse onques. Et li manda que il se merveilloit mout comment il et li autre amiral soufrirent comment on li avoit ses treves si vileinnement rompues; car on li avoit tué les malades que il devoient garder, et fait du merrien de ses engins, et avoient ars les malades et les chairs salées de porc que il devoient garder aussi. Faracataie respondi à frère Raoul et dist: «Frere Raous, dites au roy que par ma loy je n'i puis mettre conseil; et ce poise moy. Et li dites de par moy que il ne face nul semblant que il lui anuie, tandis que il est en notre main; car mors seroit.» Et il loa que si tost comme il viendroit en Acre, que il li en souvieigne.
   Quant li roys vint en sa nef, il ne trouva onques que sa gent li eussent riens appareillié, ne lit, ne robes; ainçois li convint gesir, tant que nous fumes en Acre, sur les matelas que li soudans li avoit bailliez, et vestir les robes que li soudans li avoit fait baillier et taillier, qui estoient de samit noir, fourré de vair et de griz; et y avoit grant foison de noiaus touz d'or.
   Tandis que nous fumes en la mer, par six jours, je qui estoie malades, me seoie touz jours decoste le roy. Et lors me conta comment il avoit esté pris, et comment il avoit pourchacié sa reançon et la nostre, par l'aide de Dieu. Et me fist conter comment je avoie esté pris en l'eau; et après il me dist que je devoie grant gré savoir à Nostre Signeur, quant il m'avoit delivré de si granz perilz. Mout regretoit la mort du comte d'Artois son frère. Du comte d'Anjou, qui estoit en sa nef, se pleingnoit aussi à moy que nulle compaignie ne li tenoit. Un jour demanda que li cuens d'Anjou faisoit; et on li dist que li jouoit aus tables à mon signeur Gautier de Nemours. Et il ala là touz chancelans pour la flebesce de sa maladie; et prist les dez et les tables et les geta en la mer; et se courouça mout fort à son frère de ce que il s'estoit si tost pris à jouer aus déz. Mais messires Gautiers en fu li mieuz paiez; car il geta tous les deniers qui estoient sus la tablier (dont il y avoit grant foison) en son giron et les emporta.

Précédent Table des matières Suivant