Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
LV 
   De la bataille monsigneur Guion Malvoisin descendoit la lice qui clooit nostre ost, et venoit vers le flum bien le giet d'une pierre poingnant. Dès illec si s'adreçoit la lice par devant l'ost le comte Guillaume de Flandres, et s'estendoit jusques au flum qui s'en aloit vers la mer. Endroit celi qui venoit de vers monsigneur Guion Malvoisin, estoit la nostre bataille; et pour ce que la bataille le comte Guillaume de Flandres lour estoit encontre lour visaiges, il n'osèrent venir à nous: dont Dieus nous fist grant courtoisie; car je ne mi chevalier n'avions ne haubers ne escus, pour ce que nous estions tuit blecié de la bataille dou jour de quaresme-prenant.
   Le comte de Flandres coururent sus mout aigrement et viguerousement, et à pié et à cheval. Quant je vi ce, je commandai à nos arbalestriers que il traisissent à ceus à cheval. Quant cil à cheval virent que on les bleçoit par devers nous, cil à cheval touchièrent à la fuie; et quant les gens le comte virent ce, il lessierent l'ost, et se fichièrent par desus la lice, et coururent sus aus Sarrasins à pié et les desconfirent. Pluseurs en y ot de mors, et pluseurs de leurs targes gaaingnies. Là se prouva viguerousement Gautiers de la Horgne, qui portoit la banière monsigneur d'Apremont.
   Après la bataille le comte de Flandres, estoit la bataille au comte de Poitiers, le frère le roy; laquele bataille du comte de Poitiers estoit à pié, et il touz seuls estoit à cheval; laquele bataille du comte li Turc desconfirent tout à net, et emmenoient le comte de Poitiers pris. Quant li bouchier et li autre home de l'ost, et les femmes qui vendoient les denrées, oïrent ce, il levèrent le cri en l'ost, et à l'aide de Dieu, il secoururent le comte et chacièrent de l'ost les Turs.
   Après la bataille le comte de Poitiers, estoit la bataille monsigneur Jocerant de Brancion, qui estoit venus avec le comte en Egypte, li uns des meilleurs chevaliers qui fust en l'ost. Sa gent avoit si arée que tuit si chevalier estoient à pié; et il estoit à cheval, et ses fiz mes sires Henris, et li fiz monsigneur Jocerant de Nantum; et ceus retint à cheval, our ce que il estoient enfan. Par pluseurs fois, li desconfirent li Turc sa gent. Toutes les foiz que il veoit sa gent desconfite, il feroit des esperons et prenoit les Turs par darière; et ainsi lessoient li Turc sa gent par pluseurs foiz pour li courre sus. Toutevoiz ce ne leur eust riens valu que li Turc ne les eussent touz mors au champ, se ne fust messires Henris de Coonne, qui estoit en l'ost le duc de Bourgoingne, saiges chevaliers, et preus et apensez; et toutes les foiz que il veoit que li Turc venoient courre sus à monsigneur de Brancion, il fesoit traire les arbalestriers le roy aus Turs parmi la riviere. Et ainsi eschapa li sires de Brancion du meschief de celle journée, que de vint chevaliers que il avoit entour li, il en perdi douze, sanz l'autre gent d'armes; et il meismes fu si malement atournez que onques puis sus ses piez n'esta, et fu mors de celle bleceure ou servise Dieu.
   Du signour de Brancion vous dirai. Il avoit esté, quant il mourut, en trente-six batailles et poingneis dont il avoit porté prix d'armes. Je le vi en un ost le comte de Chalon, cui cousins il estoit; et vint à moy et à mon frère, et nous dist le jour d'un grant vendredi: «Mi neveu, venés à moy aidier, et vous et vostre gent; car li Alemant brisent le moustier.» Nous alames avec li, et leur courumes sus, les espées traites; et à grant peinne et à grant hutin, les chassames du moustier. Quant ce fu fait, li preudom s'agenoilla devant l'autel, et cria merci à Nostre Seigneur à haute voiz, et dist: «Sire, je te pri que il te preigne pitié de moy, et m'ostes de ces guerres entre crestiens, là où j'ai vescu grant piesce; et m'otroies que je puisse mourir en ton service, par quoi je puisse avoir ton règne de paradis.» Et ces choses vous ai-je ramenteu, pour ce que je croi que Dieus li otroia, si comme vous povez avoir veu ci-devant.
   Après la bataille le premier vendredi de quaresme, manda li roys touz ses barons devant li, et leur dist: «Grant grace, fist-il, devons à Nostre Seigneur de ce qu'il nous a fait tels deus honneurs en ceste semainne, que mardi, le jour de quaresme-prenant, nous les chassames de leur herberges, là où nous sommes logié; ce vendredi prochain, qui passez est, nous nous sommes deffendu à eus, nous à pié et il à cheval.» Et mout d'autres beles paroles leur dist pour eus reconforter.

Précédent Table des matières Suivant