Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
LI 
   Pour ce que il affiert à ma matière, vous dirai-je quels gens sont li Beduyn. Li Beduyn ne croient point en Mahommet, ainçois croient en la loy Haali, qui fu oncles Mahommet; et aussi y croient li Vieil de la Montaigne, cil qui nourrissent les Assacis. Et croient que quant li hom meurt pour son seigneur ou en aucune bone entencion, que l'ame d'eus va en meilleur cors et en plus aaisié que devant; et pour ce ne font force li Assacis se l'on les occist quant il font le commandement du Vieil de la Montaigne. Du Vieil de la Montaigne vous tairons orendroit, si dirons des Beduyns.
   Li Beduyn ne demeurent en ville, ne en cités, n'en chastiaus, mais gisent adès aus champs; et leur mesnies, leur femmes, leur enfans fichent le soir de nuit, ou de jour quant il fait mal temps, en unes manières de herberges que il font de cercles de tonniaus loiés à perches, aussi comme li char à ces dames sont; et sur ces cercles gietent peaux de moutons que l'on appelle peaux de Damas, conrées en alun: li Beduyn meismes en ont grans pelices, qui leur cuevrent tout le cors, leur jambes et leur piés. Quant il pleut le soir et fait mal temps de nuit, il s'encloent dedans leur pelices, et ostent les frains à leur chevaus, et les laissent paistre delez eus. Quant ce vient l'endemain, il restendent leur pelices au soleil et les frotent et les conroient; ne jà n'i perra chose que elles aient esté moilliées le soir. Leur creance est tele, que nus ne puet morir que à son jour, et pour ce ne se veulent-il armer, et quant il maudient leur enfans, si leur dient: «Ainsi soies tu maudis, comme li Frans qui s'arme pour peeur de mort!» En bataille, il ne portent riens que l'espée et le glaive. Presque tuit sont vestu de seurpeliz, aussi comme li prestre; de touailles sont entorteillées leur testes, qui leur vont par desous le menton: dont laides gens et hydeuses sont à regarder, car li chevel des testes et des barbes sont tuit noir. Il vivent du lait de leur bestes, et achiètent des pasturaiges es berries aus riches homes, de quoy leur bestes vivent. Le nombre d'eus ne sauroit nulz nommer; car il en a au reaume de Jerusalem et en toutes les autres terres des Sarrazins et des mescréans, à qui il rendent grans treus chascun an.
   J'ai veu en cest païs, puis que je reving d'outre mer, aucuns desloiaus crestiens qui tenoient la loy des Beduyns, et disoient que nulz ne povoit morir qu'à son jour; et leur créance est si desloiaus, qu'il vaut autant dire comme Dieus n'ait povoir de nous aidier. Car il seroient fol cil qui serviroient Dieu, se nous ne cuidions que il eust povoir de nous eslongier nos vies et de nous garder de mal et de mescheance; et en li devons nous croire, que il est puissans de toutes choses faire.

Précédent Table des matières Suivant