Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XLV 
   Quant li roys vit ce, il manda touz ses barons pour avoir conseil. Or acordèrent entre eus que il n'averoient povoir de faire chauciée par quoy ils peussent passer par devers les Sarrazins, pour ce que nostre gent ne savoient tant bouchier d'une part comme il en desbouchoient d'autre. Lors dist li connestables messires Hymbers de Beaujeu au roy, que uns Beduins estoit venus qui li avoit dit que il enseigneroit un bon gué, mais que l'on li donnast cinq cens besans. Li roys dist que il s'acordoit que on li donnast, mais que il tenist verité de ce que il prometoit. Li connestables en parla au Beduin, et il dist que il nen enseigneroit jà gué se l'on ne li donnoit les deniers avant. Acordé fu que l'on les li bailleroit, et donné il furent.
   Li roys atira que li dus de Bourgoingne et li riche home d'outre mer qui estoient en l'ost, gueteroient l'ost, pour ce que l'on n'i feist doumaige; et que li roys et sui troi frère passeroient au gué là où li Beduyns devoit enseignier. Ceste chose fu emprise et atiriée à passer le jour de quaresme-prenant, à laquel journée nous venimes au gué le Beduyn. Aussi comme l'aube du jour apparoit, nous nous atirames de touz poins; et quant nous fumes atirié, nous en alames au flum, et furent nostre cheval à nou. Quant nous fumes alé jusques en mi le flum, si trouvames terre là où nostre cheval pristrent pié; et sur la rive du flum, trouvames bien trois cens Sarrazins tous montez sur leur chevaus. Lorz diz-je à ma gent: «Signeur, ne regardez qu'à main destre, et non mie à main senestre; pour ce que chascuns i tire, les rives sont moilliées, et li cheval leur chiéent sur les cors et les noient.» Et il estoit bien voirs que il en y ot des noiés au passer, et entre les autres fu noiez mes sires Jehans d'Orléans, qui portoit banière à la voivre. Nous acordames en tel manière que nous tournames encontremont l'yaue, et trouvames la voie essuyée; et passames en tel manière, la merci Dieu, que onques nuls de nous n'i chei; et maintenant que nous fumes passé, li Turc s'enfuirent.
   L'on avoit ordené que li Temples feroit l'avant-garde, et li cuens d'Artois averoit la seconde bataille après le Temple. Or avint ainsi que si tost comme li cuens d'Artois ot passé le flum, il et toute sa gent ferirent aus Turs qui s'enfuioient devant eus. Li Temples li manda que il leur fesoit grant vileinnie, quant il devoit aler après eus et il aloit devant; et li prioient que il les laissast aler devant, aussi comme il avoit esté acordé par le roy. Or avint ainsi que li cuens d'Artois ne leur osa respondre, pour monsigneur Fourcaut du Merle qui le tenoit par le frain; et cis Fourcaut du Merle, qui mout estoit bons chevaliers, n'oioit chose que li Templier deissent au comte, pour ce que il estoit sours; et escrioit: «Or à eus, or à eus!»
   Quant li Templier virent ce, il se penserent que il seroient honni se il lessoient le comte d'Artois aler devant eus; si ferirent des esperons, qui plus plus et qui mieus mieus, et chacièrent les Turs, qui s'enfuioient devant eus, tout parmi la ville de la Massoure jusques aus champs par devers Babilone. Quant il cuidièrent retourner arières, li Turc leur lancièrent trez et merrien parmi les rues, qui estoient estroites. Là fu mors li cuens d'Artois, li sires de Couci que l'on apeloit Raoul, et tant des autres chevaliers que il furent esmé à trois cens. Li Temples, ainsi comme li maistres le me dist depuis, y perdi quatorze vins homes armés, et touz à cheval.

Précédent Table des matières Suivant