Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XXXIII 
   Acordé fu que li roys descenderoit à terre le vendredi devant la Trinité, et iroit combatre aus Sarrazins se en eus ne demouroit. Li roys commanda à mon signeur Jehan de Biaumont que il feist baillier une galie à mon signeur Erart de Brienne et à moy, pour nous descendre et nos chevaliers, pour ce que les grandes nefs n'avoient povoir de venir jusques à terre. Aussi comme Dieu vout, quant je reving à ma nef, je trouvai une petite nef que ma dame de Baruch, qui estoit cousinne germainne le comte de Montbeliar et la nostre, m'avoit donnée, là où il avoit huit de mes chevaus. Quant vint le vendredi entre moy et mon signeur Erart, tuit armé alames au roy pour la galie demander; dont mes sires Jehans de Biaumont nous respondi que nous n'en averions point. Quant nos gens virent que nous n'averions point de galie, il se lessièrent cheoir de la grant nef en la barge de cantiers, qui plus plus, qui mieus mieus, tant que la barge se vouloit enfondrer. Quant li marinier virent que la barge de cantiers se enfondroit peu à peu, il s'enfuirent en la grant nef et lessierent mes chevaliers en la barge de cantiers. Je demandai au maistre combien il i avoit trop de gens; et il me dist vingt homes à armes; et si li demandai se il mèneroit bien nostre gent à terre, se je le deschargeoie de tante gent; et il me respondi: «Oyl.» Et je le deschargeai en tel manière que par trois foiz il les mena en ma nef où mi cheval estoient.
   Endementres que je menoie ces gens, uns chevaliers qui estoit à mon signour Erart de Briene, qui avoit à non Plonquet, cuida descendre de la grant nef en la barge de cantiers; et la barge esloigna et chei en la mer et fu noyez. Quant je reving à ma nef, je mis en ma petite barge un escuier que je fiz chevalier, qui ot à nom mon signeur Huon de Wauqueleur, et deus mout vaillans bacheliers, dont li uns avoit nom mon signeur Villain de Versey, et li autres mon signeur Guillaume de Danmartin, qui estoient en grief courine li uns vers l'autre; ne nulz n'en povoit faire la paix, car il s'estoient entrepris par les cheveus à la Morée. Et lour fiz pardonner lour maltalent et besier l'un l'autre, parce que je leur jurai sur sains que nous n'irions pas à terre atout leur maltalent.
   Lors nous nous esmeumes pour aler à terre, et venimes par delez la barge de cantiers de la grant nef le roy, là où li roys estoit. Et sa gent me commencièrent à escrier (pour ce que nous alions plus tost que il ne fesoient) que je arivasse à l'ensaigne Saint-Denis qui en aloit en un autre vaissel devant le roy. Mais je ne les en cru pas; ainçois nous fiz ariver devant une grosse bataille de Turs, là où il avoit bien sis mille homes à cheval. Si tost comme il nous virent à terre, il vindrent, ferant des esperons, vers nous. Quant nous les veismes venir, nous fichames les pointes de nos escus ou sablon et le fust de nos lances ou sablon et les pointes vers aus. Maintenant que il les virent ainsi comme pour aler par mi les ventres, il tournèrent ce devant darières et s'en fuirent.

Précédent Table des matières Suivant