Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XXV 
   À Pasque, en l'an de grace que li miliaires couroit par mil dous cenz quarante et huit, mandai je mes homes et mes fievez à Joinville; et la vegile de ladite Pasque, que toute cele gent que je avoie mandé estoient venu, fu nez Jehans mes fiz sires de Ancerville, de ma première femme, qui fu suer le comte de Grantpré. Tout celle semainne fumes en feste et en quarole, que mes frères li sires de Vauqueleur, et li autre riche home qui là estoient, donnèrent à mangier chascuns li uns après l'autre, le lundi, le mardi, le mercredi et le jeudi.
   Je leur diz le vendredi: «Seigneur, je m'en voi outre mer, et je ne sai se je revendrai. Or venez avant; se je vous ai de riens mesfait, je le vous desferai, l'un par l'autre, comme je ai acoustumé, à touz ceus qui voudront rien demander ne à moy ne à ma gent.» Je leur desfiz par l'esgart de tout le commun de ma terre, et pour ce que je n'eusse point d'emport, je me levai dou conseil, et en ting quanque il raportèrent, sanz débat.
   Pour ce que je n'en vouloie porter nulz deniers à tort, je alai lessier à Metz en Lorreinne grant foison de ma terre en gaige. Et sachiez que, au jour que je parti de nostre païs pour aler en la Terre sainte, je ne tenoie pas mil livrées de terre: et si y alai, moy disiesme de chevaliers et moy tiers de bannières. Et ces choses vous ramantois-je, pour ce que Dieus ne m'eust aidié, qui onques ne me failli, je l'eusse souffert à peinne par si lonc temps comme par l'espace de six ans que je demourai en Terre sainte.
   En ce point que je appareilloie pour mouvoir, Jehans sires d'Apremont et cuens de Salebruche de par sa femme, envoia à moy et me manda que il avoit sa besoigne arée pour aler outre mer, li disiesme de chevaliers; et me manda que se je vousisse, que nous loïssions une nef entre li et moy; et je li otroiai: sa gent et la moie louerent une nef à Marseille.

Précédent Table des matières Suivant