Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XIX 
   Li bourgeois de Troyes, quant il virent que il avoient perdu le secour de lour signour, il manderent à Symon signour de Joingville, le pere au signour de Joinville qui ore est, qu'il les venist secourre. Et il, qui avoit mandé toute sa gent à armes, mut de Joingville à l'anuitier, si tost comme ces nouvelles li vindrent, et vint à Troyes ainçois que il fust jours. Et par ce faillirent li baron à lour esme que il avoient de penre ladite cité; et pour ce, li baron passerent par devant Troyes sans autre chose faire, et se alerent logier en la praerie d'Isles, là où li dus de Bourgoingne estoit.
   Li roys de France, qui sot que il estoient là, il s'adreça tout droit là pour combattre à eus; et li baron li manderent et prierent que il ses cors se vousist traire arieres, et il se iroient combattre au comte de Champaingne et au duc de Lorreinne, et à tout le remenant de sa gent, à trois cens chevaliers que li cuens n'averoit ne li dus. Et li roys lour manda que à sa gent ne se combateroient-il jà que ses cors ne fust avec. Et il renvoyerent à li et li manderent que il feroient volentiers entendre la royne de Cypre à paiz, se il li plaisoit. Et li roys lour manda que à nulle paiz il n'entenderoit, ne ne soufferroit que li cuens de Champaigne y entendist, tant que il eussent vuidie la contee de Champaigne.
   Et il la vuidierent en tel maniere que des Isles, là où il estoient, il se alerent logier dessous Juilly; et li roys se loja à Isles, dont il les avoit chaciés. Et quant il seurent que li roys fu alez là, il s'alerent logier à Laingnes, qui estoit au conte de Nevers, qui estoit de lour partie. Et ainsi li roys accorda le conte de Champaingne à la royne de Cypre, et fu la paiz faite en tel maniere que li diz cuens de Champaingne donna à la royne de Cypre entour dous mille livrees de terre, et quarante mille livres que li roys paia pour le conte de Champaingne.
   Et li cuens de Champaingne vendi au roi, parmi les quarante mille livres, les fiez ci-après nommés: c'est à savoir le fié de la contee de Bloiz, le fié de la contee de Chartres, le fié de la contee de Sancerre, le fié de la vicontee de Chasteldun. Et aucunes gens si disoient que li roys ne tenoit ces devant diz fiez que en gaige; mais ce n'est mie voirs, car je le demandai nostre saint roy Looys outre mer.
   La terre que li cuens Tybaus donna à la royne de Cypre, tiennent li cuens de Brienne qui ore est, et li cuens de Joigny, pour ce que l'aïole le conte de Brienne fu fille à la royne de Cypre, et femme le grant conte Gautier de Brienne.

Précédent Table des matières Suivant