Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XVIII 
   Après ce que li roys eut foulé le conte Perron de Bretaingne, tuit li baron de France furent si troublé envers le conte Tybaut de Champaingne, que il orent consoil de envoier querre la royne de Cypre, qui estoit fille de l'ainsné fil de Champaingne, pour desheritier le conte Tybaut, qui estoit fiz dou secont fil de Champaigne.
   Aucun d'eus s'entremistrent d'apaisier le conte Perron audit conte Tybaut, et fu la chose pourparlee en tel maniere que li cuens Tybaut promist que il penroit à femme la fille le conte Perron de Bretaingne. La journee fu prise que li cuens de Champaigne dut la damoiselle espouser, et li dut-on amener, pour espouser, à une abbaïe de Premoustré, qui est delez Chastel-Thierri, que on appelle Val-Secré, si comme j'entent. Li baron de France, qui estoient auques tuit parent le conte Perron, se penerent de ce faire, et amenerent la damoiselle à Val-Secré pour espouser, et manderent le conte de Champaingne, qui estoit à Chastel-Thierri.
   Et endementiers que li cuens de Champaingne venoit pour espouser, messires Geffroys de la Chapelle vint à li de par le roy, atout une lettre de créance, et dist ainsinc: «Sire cuens de Champaingne, li roys a entendu que vous avez couvenances au conte Perron de Bretaingne que vous penrez sa fille par mariaige. Si vous mande li roys que se vous ne voulez perdre quanque vous avez ou royaume de France, que vous ne le faites, car vous savez que li cuens de Bretaingne a pis fait au roy que nus hom qui vive.» Li cuens de Champaingne, par le consoil que il avoit avec li, s'en retourna à Chastel-Thierri.
   Quant li cuens Pierres et li baron de France oïrent ce, qui l'atendoient à Val-Secré, il furent tuit aussi comme desvé dou despit de ce que il lour avoit fait, et maintenant envoierent querre la royne de Cypre. Et si tost comme elle fu venue, il pristrent un commun acort qui fut tels, que il manderoient ce que il pourroient avoir de gent à armes, et enterroient en Brie et en Champaingne par devers France; et que li dus de Bourgoingne, qui avoit la fille au conte Robert de Dreux, ranterroit en la contee de Champaingne par devers Bourgoingne. Et prindrent journee que il se assembleroient par devant la cité de Troyes, pour la cité de Troyes penre se il povoient.
   Li dus manda quant que il pot avoir de gent; li baron manderent aussi ce que il porent avoir. Li baron vindrent ardant et destruiant tout d'une part, li dus de Bourgoingne d'autre; et li roys de France d'autre part, pour venir combattre à eus. Li desconfors fu tels au conte de Champaingne que il-mesmes ardoit ses villes devant la venue des barons, pour ce que il ne les trouvassent garnies. Avec les autres villes que li cuens de Champangne ardoit, ardi-il Espargnay et Vertus et Sezenne.

Précédent Table des matières Suivant