Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
XVII 
   Pour ce que il affiert à ramentevoir aucunes choses que vous orrez ci-après, me convient laissier un peu de ma matiere. Si dirons aussi que li bons cuens Henris li Larges ot de la comtesce Marie, qui fu suer au roy de France et suer au roy Richart d'Angleterre, dous fiz, dont li ainsnez ot non Henri, et li autres Thybaut. Cis Henris, li ainsnez, en ala croisiez en la sainte Terre en pelerinage, quant li roys Phelippes et li roys Richars assegierent Acre et la pristrent.
   Si tost comme Acre fu prise, li roys Phelippes s'en revint en France, dont il en fu mout blasmez; et li roys Richars demoura en la sainte Terre, et fist tant de grans faiz que li Sarrazin le doutoient trop, si comme il est escrit ou livre de la Terre sainte, que quant li enfant aus Sarrazins braioient, les femmes les escrioient et lour disoient: «Taisiez-vous, vez-ci li roy Richart pour eus faire taire. Et quant li cheval aus Sarrazins et aus Beduins avoient poour d'un bysson, il disoient à lour chevaus: «Cuides-tu que ce soit li roys Richars
   Cis roys Richars pourchassa tant que il donna au comte Henri de Champaigne, qui estoit demourez avec li, la royne de Jerusalem, qui estoit droite hoirs dou royaume. De ladite royne ot li cuens Henris dous filles, dont la premiere fu royne de Cypre, et l'autre ot messires Herars de Brienne, dont grans lignaiges est issus, comme il appert en France et en Champaigne. De la femme monsignour Erart de Brienne ne vous dirai-je ore riens; ainçois vous parlerai de la royne de Cypre, qui affiert maintenant à ma matiere; et dirons ainsi.

Précédent Table des matières Suivant