Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
VI 
   Li sainz roys fu à Corbeil à une Penthecouste, là où il ot quatre-vins chevaliers. Li roys descendi après mangier ou prael, desouz la chapelle, et parloit à l'uys de la porte au conte de Bretaigne, le pere au duc qui ores est, que Dieu gart! Là me vint querre maistres Roberz de Sorbon, et me prist par le cor de mon mantel, et me mena au roy; et tuit li autre chevalier vindrent après nous. Lors demandai je à maistre Robert: «Maistre Roberz, que me voulez-vous?» Et me dist: «Je vous veil demander se li roys se seoit en cest prael, et vous vous aliez seoir sur son banc plus haut que li, se on vous en devroit bien blasmer.» Et je li diz que oil. Et il me dist: «Dont faites vous bien à blasmer, quant vous estes plus noblement vestus que li roys; car vous vous vestez de vair et de vert, ce que li roys ne fait pas.» Et je li diz: «Maistre Roberz, sauve vostre grace, je ne faiz mie à blasmer se je me vest de vert et de vair; car cest abit me laissa mes pères et ma mère. Mais vous faites à blasmer; car vous estes fiz de vilain et de vilainne, et avez lessié l'abit vostre père et vostre mère, et estes vestus de plus riche camelin que li roys n'est.» Et lors je pris le pan de son seurcot et dou seurcot le roy, et li diz: «Or esgardez si je di voir.» Et lors li roys emprist à deffendre maistre Robert de paroles, de tout son povoir.
   Après ces choses, mes sires li roys apela mon signour Phelippe son fil, le père au roy qui ore est, et le roi Tybaut, et s'asit à l'uys de son oratoir, et mist la main à terre, et dist: «Séez-vous ci, bien près de moy, pour ce que on ne nous oie. — Ha! sire, firent-il, nous ne nous oserions asseoir si prè de vous.» Et il me dist: «Seneschaus, séez-vous ci.» Et si fiz je, si près de li que ma robe touchoit à la seue. Et il les fist asseoir après moy, et leur dist: «Grant mal apert avez fait, quant vous este mi fil, et n'avez fait au premier coup tout ce que je vous ai commandé, et gardés que il ne vous avieigne jamais.» Et il dirent que non feroient il.
   Et lors me dist que il nous avoit appeléz pour li confesser à moy de ce que à tort avoit deffendu maistre Robert encontre moy. «Mais, fist il, je le vi si esbahi que il avoit bien mestier que je li aidasse. Et toutes voiz ne vous tenez pas à chose que je deisse pour maistre Robert deffendre; car, aussi comme li seneschaus dist, vous vous devez bien vestir et nettement, pour ce que vos femmes vous en ameront mieus, et vostre gent vous en priseront plus. Car, ce dit li saiges, on se doit assemer en robes et en armes en tel manière que li preudome de cest siècle ne dient que on en face trop, ne les joenes gens de cest siècle ne dient que on en face peu.»

Précédent Table des matières Suivant