Jehans de Joinville

Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looys


Précédent Table des matières Suivant
III 
   En nom de Dieu le tout puissant, je Jehans sires de Joinville, seneschaus de Champaigne, faiz escrire la vie nostre saint roy Looys, ce que je vi et oy par l'espace de sis anz que je fu en sa compaignie ou pelerinage d'outre mer, et puis que nous revenimes. Et avant que je vous conte de ses grans faiz et de sa chevalerie, vous conterai-je ce que je vi et oy de ses saintes paroles et de ses bons enseignemens, pour ce qu'il soient trouvé li uns après l'autre pour édifier ceus qui les orront.
   Cil sainz hom ama Dieu de tout son cuer et ensuivi ses œuvres; et y apparut en ce que, aussi comme Dieus morut pour l'amour que il avoit en son peuple, mist-il son cors en avanture par plusieurs fois pour l'amour que il avoit à son peuple; et s'en fust bien soufers, se il vousist, si comme vous orrez ci-après.
   La grans amours qu'il avoit à son peuple parut à ce qu'il dist à mon signour Looys, son aisné fil, en une mout grant maladie que il ot à Fonteinne-Bliauz: «Baus fiz, fist il, je te pri que tu te faces amer au peuple de ton royaume; car vraiement je ameroie mieus que uns Escoz venist d'Escosse et gouvernast le peuple du royaume bien et loyaument, que que tu le gouvernasses mal apertement.» Li sainz roys ama tant verité que neis aus Sarrazins ne vout-il pas mentir de ce que il lour avoit en convenant, si comme vous orrez ci-après.
   De la bouche fu-il si sobres que onques jour de ma vie je ne li oy devisier nulles viandes, aussi comme maint riche home font; ainçois manjoit pacientment ce que ses queus li appareilloit et metoit on devant li. En ses paroles fu il attrempez; car oncques jour de ma vie je ne li oy mal dire de nullui. Ne onques ne li oy nommer le dyable, liquels noms est bien espandus par le royaume: ce que je croy qui ne plait mie à Dieu.
   Son vin trempoit par mesure, selonc ce qu'il véoit que li vins le povoit soufrir. Il me demanda en Cypre pourquoy je ne metoie de l'yaue en mon vin; et je li diz que ce me fesoient li phisiciens, qui me disoient que j'avoie une grosse teste et une froide fourcelle, et que je n'en avoie povoir de m'enyvrer. Et il me dist que il me decevoient; car se je ne l'apprenoie en ma joenesce et je le vouloie temprer en ma vieillesce, les gouttes et les maladies de fourcelle me prendroient, que jamais n'avroie santé; et se je bevoie le vin tout pur en ma vieillesce, je m'enyvreroie touz les soirs; et ce estoit trop laide chose de vaillant home de soy enivrer.
   Il me demanda si je vouloie estre honorez en ce siècle et avoir paradis à la mort; et je li dis oyl. Et il me dist: «Donques vous gardez que vous ne faites ne ne dites à votre escient nulle riens que, se touz li monde le savoit, que vous ne peussiez congnoistre: Je ai ce fait, je ai ce dit.» Il me dist que je me gardasse que je ne desmentisse ne ne desdeisse nullui de ce que il diroit devant moy, puis que je n'i avroie ne pechié ne doumaige au souffrir, pour ce que des dures paroles meuvent les mellées dont mil home sont mort.
   Il disoit que l'on devoit son cors vestir et armer en tel manière que li preudome de cest siècle ne deisse que il en feist trop, ne que li joene home ne deissent que il feist peu. Et ceste chose ramenti-je le pere le roy qui orendroit est, pour les cotes brodées à armer que on fait hui el jour; et li disoie que onques en la voie d'outre mer là où je fu, je n'i vi cottes brodées, ne les le roy ne les autrui. Et il me dist qu'il avoit tels atours brodez de ses armes qui li avoient cousté huit cenz livres de parisis. Et je li diz que il les eust mieus emploiés se il les eust donnez pour Dieu, et est fait ses atours de bon cendal enforcié de ses armes, si comme ses pères faisoit.

Précédent Table des matières Suivant